Le Déjeuner du 15 Août

On 10/06/2009 by Nicolas Gilson

« Gianni vit dans une vieille demeure du centre de Rome avec sa mère qui le tyrannise. La veille de la fête de l’Assomption, le gérant du bâtiment, qui connaît la situation de « captivité » de Gianni, lui demande de s’occuper de sa mère à lui pendant deux jours en échange d’une quittance pour toutes les charges impayées …  »

UN PETIT BIJOU

Comment ne pas être enivré par le premier long métrage de Gianni Di Gregorio ? À la fois irrévérencieuse et pleine de pudeur cette comédie nous plonge dans un univers alliant absurde et réalisme qui est proprement savoureux. Fort d’un scénario soigné et d’une réalisation efficace, le film nous convie à une rencontre magique, humaine et grinçante.

Il peut sembler incongru de découvrir que le réalisateur, scénariste et acteur principal du film est le coscénariste de Gomorra. Incongru car PRANZO DI FERRAGOSTO est subtilement dual : il met en scène un réel sujet de comédie tout en renvoyant au caractère proprement gangrené de la société italienne. Ce constat, développé bien amèrement dans le film de Matteo Garrone – car sans concession, est ici un pur prétexte à l’absurde. Mais un prétexte qui n’en est pas moins révélateur d’un mode de fonctionnement corrompu.

Ainsi le scénario s’appuie sur une base réaliste qui donne au film un réel relief. Des thématiques forte comme l’oisiveté, la cupidité, la gourmandise ou encore l’abandon familial y prennent place côtoyant l’hypothèse de corruption. Et si la caractérisation des personnages repose sur une esquisse caricaturale, celle-ci n’accuse jamais de facilité, bien au contraire. Car ce caractère caricatural est le gage nécessaire à l’absurde enchanteur qui ne peut que nous séduire.

Cet enivrement n’est cependant rendu possible qu’au travers des différents personnages. Il y a d’une part les hommes, de l’autre les femmes – un ballet de vieilles dames tantôt drôles tantôt touchantes, à la fois agaçantes et irradiantes. Des acteurs brillamment dirigés au sein d’une mise en scène intelligente où une importance est donnée aux gestes anodins et coutumiers ce qui ancre une dynamique réaliste.

Cette hypothèse réaliste trouve son fondement dans la captation filmique même. C’est avec un caractère séquentiel très fluide que les gestes des différents protagonistes deviennent le centre d’attention. Un réel mouvement s’articule entre une mise en place généralement large au sein de laquelle des éléments précis prennent une importance particulière. Les zooms et les panneaux sont fréquents et ils permettent d’atteindre à la fois une justesse humaine et un humour grinçant.

La lumière habille aussi le film. Elle esquisse non seulement une atmosphère particulière mais elle génère une impression de chaleur à la fois enivrante et déroutante : elle nous permet de ressentir le climat chaud et ensoleillé. Un dépaysement s’opère magiquement.

En somme PRANZO DI FERRAGOSTO est un réel bijou, drôle et envoûtant.

LE DEJEUNER DU 15 AOUT
PRANZO DI FERRAGOSTO
***
Réalisation : Gianni DI GREGORIO
Italie – 2008 – 76 min
Distribution : Upi (ABC Distribution)
Comédie
Enfants admis

Trackbacks & Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>