Le Capital

On 12/11/2012 by Nicolas Gilson

Le principe de fonctionnement du monde financier, des banques et du capitalisme débecte Costa-Gavras qui tente, sans réussite, d’en mettre en scène les rouages. Alors que la fiction peut être une arme de dénonciation et de conscientisation, avec LE CAPITAL, le réalisateur ne fait preuve d’aucune acuité et livre un film tout aussi indigeste que les mécanismes qu’il caricature.

« Comme dans tous les jeux, il y a des gagnants et des perdants » : Perdu !

Au commencement il y a l’introduction : par le biais d’une voix-over, celle du protagoniste principal, Marc Tourneuil (Gad Elmaleh), Costa-Gavras met en place personnages et enjeux. Perç comme le pion idéal, le jeune bras droit du président d’une importante banque internationale basée en France est appelé à le remplacer. Mais la donne est d’emblée plus complexe car le « valet » décide d’assumer pleinement sa nouvelle fonction. Le mouton se révèle être en fait le loup au milieu d’une bergerie qui en est déjà remplie.

Marc Tourneuil a un but clair : profiter du système tant qu’il le peut et jouer avec ses mécanismes. Finaud, il se protège comme il peut avec une tactique exemplaire, se méfier de tout le monde. Si le spectateur est par le truchement de la voix-over rendu son complice – l’adresse est à dessein directe –, le réalisateur ancre plus avant cette idée en mettant ponctuellement en place un principe abscons de projection par la visualisation des pensées de Marc Tourneuil. Force est de constater que cela ne fonctionne pas et rend l’écriture du film plus balourde qu’elle ne l’est déjà. Triste adaptation de l’ouvrage de Stéphane Osmont.

La ligne narrative, cependant (trop?) claire, est truffée de dialogues d’une pauvreté désolante. Ceux-ci manquent cruellement de finesse et apparaissent n’être qu’un pure verbiage permettant à Costa-Gavras de faire dire ce qu’il croit bon de dénoncer. Si au moins la mise en scène n’était pas platement démonstrative et si la direction d’acteurs donnait existence et volume aux protagonistes, peut-être que la pilule passerait. Car le raisonnement est fondé et le constat établi, loin d’être neuf et novateur, questionne.

LE CAPITAL

Réalisation : COSTA-GAVRAS
France – 2012 – 113 min
Distribution : uDream
Comédie dramatique

Comments are closed.