Lawless

On 13/09/2012 by Nicolas Gilson

Basé sur le livre « Pour quelques gouttes d’alcool » de Matt Bondurant, inspiré des récits de son grand-père producteur d’alcool de contrebande en Virgine lors de la période de prohibition, LAWLESS, scénarisé et mis en musique sans finesse par Nick Cave, est un film de gangster dépourvu du moindre intérêt. John Hillcoat signe une réalisation soignée mais artificielle. Seule une partie du casting vaut le détour.

« AUSSI SIMPLE ET BANAL QUE CA »

Attention, soyez prévenus, LAWLESS est inspiré de faits réels ! Afin de contextualiser l’intrigue, un narrateur, protagoniste de l’intrigue, vous informe d’emblée des règles – ou plutôt de l’absence de règle – qui ont cours dans le comté de Franklin en Virginie au début des années 1930. Tout est déjà démonstratif, de l’illustration des propos du narrateur au renfort musical.

Les frères Bondurant sont de notoires trafiquants d’alcool. Les enjeux sont simples, dans un monde sans règle où la police est corrompue et la justice vendue, les trois frères imposent leur loi. Caractérisés sans subtilité – le plus jeune est donc chétif –, les protagonistes vont évoluer peu à peu, à mesure que se développe une aventure sans surprise, afin de tendre à une complicité attendue.

Si Shia LaBeouf n’est absolument pas convainquant dans le rôle du couard qui devient courageux, Jason Clarke et Tom Hardy donnent corps à leurs personnages au-delà de l’artificialité induite par la mise en scène. Présente au générique, alors qu’elle est une actrice majestueuse, Jessica Chastain n’a absolument rien à défendre – dommage.

Sans surprise les personnages féminins sont irrémédiablement secondaires et n’engendrent qu’une dynamique d’apitoiement ou sont, au mieux – ou plutôt au pire –, la source de rebondissements négatifs. La femme conduirait-elle l’homme – cet animal viril et sanguin(aire) – à sa perte ? Bref, John Hillcoat livre un film de gangster d’une pauvreté affligeante au point d’en devenir ridicule.

Le plus consternant est sans doute d’y repérer à plusieurs reprises, comme dans THE ROAD, un placement publicitaire pour un marque de soda américaine avec comme logo le plus actuel… C’est aussi – malheureusement – ça le cinéma !

LAWLESS
DES HOMMES SANS LOI

Réalisation : John HILLCOAT
USA – 2012 – 115 min
Distribution : Paradiso
Comédie dramatique / Action

Cannes 2012 – Sélection Officielle en Compétition

Mise en ligne initiale le 19/05/2012

Comments are closed.