Critique : La Guerre des Boutons

On 13/09/2011 by Nicolas Gilson

Un roman, quatre adaptations cinématographiques, et de six ! LA GUERRE DES BOUTONS, la version de Yann Samuell.

Rien ne sert d’y aller par quatre chemins, l’adaptation du réalisateur de JEUX D’ENFANT et de L’AGE DE RAISON témoigne d’une pauvreté générale qui invite à quitter la salle. Alors qu’il place son récit à l’aube des années 60, il fait preuve d’un rare passéisme et passe à côté des enjeux du féminisme qu’il tente – et prétend – pourtant de mettre en scène.

Si sa tentative de moderniser l’œuvre de Louis Pergaud est louable, son approche contemporaine est loin de l’être. Il ne suffit pas d’opter pour une esthétique sans cesse en mouvement avec un découpage abscons pour prétendre à une dynamique singulière et insuffler un rythme à un scénario grossier d’une rare platitude.

Certes rompre la ligne de séparation entre les garçons d’une part et les filles de l’autre, à la veille de la mixité, est intéressant. Toutefois le garçon manqué, Lanterne, que le spectateur rencontre d’emblée à beau en imposer, il reste un personnage ne mettant aucunement à mal les notions de genre et de norme, bien au contraire. Samuell rompt cette ligne pour mieux l’ancrer avec à l’appui les clichés de la petite fille qui n’est qu’une poupée personnifiée.

Si au moins c’était bien joué. Mais non.

LA GEURRE DES BOUTONS

Réalisation : Yann Samuell
France – 2011 – 109 min
Distribution : Lumière
Comédie dramatique

2 Responses to “Critique : La Guerre des Boutons”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>