Critique : La Fée

On 17/06/2011 by Nicolas Gilson

Après RUMBA, le trio de réalisateurs composé de Dominique Abel, Fiona Gordon et Bruno Romy met à nouveau en scène avec délice un univers burlesque, poétique et loufoque. Dom et Fiona en sont encore les héros décalés, assurément humains, au cœur d’une artificialité truculente.

LA FEE est une nouvelle invitation à l’imaginaire. Au-delà de toute narration, il est avant question de se fondre à une dynamique singulière au sein de laquelle les trucs et astuces d’un cinéma bricolé charment et amusent. Intelligemment les réalisateurs ont assimilés la logique du cinéma burlesque et se la sont appropriée. L’objet est toujours le garant du rire. Objet réel ou figuré – à l’instar des corps des protagonistes, il est malmené, tiraillé, détourné jusqu’à l’épuisement. La répétition conduit à l’absurdité. Une loufoquerie présente de part en part qui est l’essence-même du film.

Une séquence, parmi tant d’autres, est mémorable et illustre la finesse tant de l’écriture que de la mise en scène : une joueuse de rugby qui chante, cheveux au vent « Yukali »… Du cadrage aux jeux pluriels de révélation, c’est bien plus qu’une atmosphère qui prend vie. Et l’extraordinaire fantaisie des réalisateurs est vivement contagieuse ! Si le rythme retombe ponctuellement, LA FEE reste un divertissement coloré et enchanteur.

LA FEE
♥♥
Réalisation : Dominique ABEL, Fiona GORDON & Bruno ROMY
Belgique / France – 2011 – 94 min
Distribution : Cinéart
Comédie
Cannes 2011 – Quinzaine des Réalisateurs

LA fée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>