Je fais le mort

On 11/12/2013 by Nicolas Gilson

Jean-Paul Salomé revient avec succès à ses premières amours, la comédie. Avec des faux airs de suspens laissant à penser à Agatha Christie, JE FAIS LE MORT est un savoureux divertissement écrit et orchestré habilement. Une fois pris au jeu de l’intrigue, nous ne pouvons qu’adhérer à la sympathique logique mise en place et apprécier les protagonistes croqués avec humour à qui donne vie un charmant casting.

Je-fais-le-mort-Cabot-policier_article_landscape_pm_v8

Jean (François Damiens) est un comédien un peu trop fier – traduisez chiant – qui se retrouve du coup dans le creux de la vague. Afin d’avoir le nombre de contrats requis pour qu’il puisse garder son statut d’intermittent, sa conseillère pôle emploi lui propose un rôle singulier : jouer le mort dans le cadre de la reconstitution de scènes de crime. Il se retrouve alors à Megène, hors saison, et prend tellement son rôle à coeur qu’il relève peu à peu bien des illogismes dans les conclusions de l’enquête…

Après une ouverture un peu mollassonne, Jean-Paul Salomé nous invite à être les témoins d’une aventure cocasse qui excite notre curiosité et nous amuse tout à la fois. Si la mise en place est somme toute quelque peu « délicate », elle présente néanmoins l’intérêt d’ancrer le film dans la réalité ce qui nourrit (et nourrira) à bien des égards la trame scénaristique qui ne démarre toutefois vraiment – et alors très agréablement – que lorsque Jean prend le train pour Megène. Les protagonistes qui composent une improbables galeries de personnages sont alors croqués à dessein sans réelle subtilité pour notre plus grand plaisir – une juge d’instruction rigide, un flic un peu trop sympa, une pittoresque gérante d’hôtel ou encore un coupable loin d’être crédible. Et s’ils évoluent peu à peu au fil de leurs interactions ils continuent sans cesse à répondre à la caractérisation première – ce qui provoque, de manière presque rhétorique, le rire. Si ce n’est quelques flash-back franchement inutiles, l’écriture est intelligente. Jean-Paul Salomé parvient à lier différents registres dramatiques (du suspens à la romance) en les fondant à la logique de la comédie. Il maîtrise parfaitement le suspens, en nous fondant au regard de Jean sur l’évolution de l’intrigue tout en en exacerbant notre attention en nous glissant de-ci, de-là des informations inconnues du personnage. Il parsème sa trame narrative de nombreuses séquences savoureuses – sans avoir peur de mettre en scène bien clichés – et l’agrémente de répliques franchement exquises.

L’apparente simplicité de la mise en scène permet au réalisateur de mettre en place un réel climat oscillant entre le burlesque et le thriller. Mais pour parvenir à cette justesse de ton, au-delà d’un scénario habile, Jean-Paul Salomé s’appuie sur des comédiens qu’il dirige brillamment et une délectable partition composée par Bruno Coulais.

JE fais el mort - affiche

JE FAIS LE MORT
♥♥
Réalisation : Jean-Paul Salomé
France – 2013 – 105 min
Distribution : Lumière
Comédie

je-fais-le-mort-11-12-2013-9-g

je-fais-le-mort-11-12-2013-10-g

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>