Incendies

On 11/01/2011 by Nicolas Gilson

Denis Villeneuve nous entraîne aux confins d’une quête initiatique à la fois bouleversante et retournante : A la mort de leur mère, deux jumeaux se découvrent un père qu’ils croyaient mort et un frère dont ils ignoraient tout, ou, plus justement, ils sont invités par leur mère, dans ses dernières volontés, à partir à leur recherche.

La construction du récit est à la fois linéaire et éclatée, nous fondant aux souvenirs de la mère ou aux fantasmes des enfants – qu’importe tant il s’agit de sensations ! La rencontre qui s’offre à nous est plurielle et dépasse l’ordre de la narration. Il y a d’une part la quête en tant que telle, de l’autre l’évocation du parcours initial de la mère en une contrée sans nom. Les jumeaux emboitent le pas de leur mère et en découvre la vérité, leur vérité. La réalité mise en place est poignante. Elle esquisse l’atrocité de la guerre et crie le déséquilibre d’un monde malade : le nôtre. Denis Villeneuve parvient à l’universalité au-delà de la singularité d’une situation jamais mise de côté.

En adaptant au cinéma la pièce éponyme de Wajdi Mouawad, le réalisateur signe un scénario habille et intelligent, à la fois captivant, envoutant et déstabilisant.

Déjà, l’ouverture du film suggère une dimension universelle – en actant d’un passage de l’extérieur à l’intérieur, du macrocosme ou microcosme, au sein duquel une autre donne macrocosmique prend place. Une ouverture magnifique où l’ensemble des enjeux sont présents imperceptiblement. Déjà, un réel langage esthétique, vecteur de sens et de sensations, se développe selon une logique proche de celle sur laquelle le réalisateur s’est appuyé pour son précédent long métrage, POLYTECHNIQUE. La photographie est majestueuse, sans jamais tendre à la pure esthétisation. Le travail sur le son ne cesse de nous emporter au cœur d’une terrible expérience.

A nouveau, l’hypothèse féminine est magnifiée. Denis Villeneuve aime les femmes et cela se voit : il crie haut et fort l’oppression et les injustices dont elles sont victimes et qu’elles affrontent sans jamais se plaindre, dans la force et la douleur.

INCENDIES
♥♥♥
Réalisation : Denis VILLENEUVE
Québec – 2009 – 130 min
Distribution : Cinéart
Drame
EA

FIFF 2010 – Compétition Officielle – Prix du Public

Interview de Denis Villeneuve et de Lubna Azabal : Cliquez ICI.

Trackbacks & Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>