Impardonnables

On 15/07/2011 by Nicolas Gilson

IMPARDONNABLES est un Téchiné mineur qui repose sur une écriture éparse. Si le réalisateur appréhende avec intelligence la complexité des relations amoureuses et relationnelles au regard du devenir de la société contemporaine, l’habilité de sa mise en scène et de la qualité de sa direction d’acteur ne parviennent pas à donner sens au trouble, pourtant moteur, qui conditionne chacune de ces relations.

Ce trouble est l’élément qui demande le pardon. Il est à la fois le moteur et la résultante des interactions sociales. La mosaïque proposée est riche, dense. Derrière une rencontre amoureuse, rapide et intense, se cache les enjeux complexes de leurs relations – passées, actuelles et donc futures – comme autant de nœuds dramatiques. Les personnages sont en perpétuelle évolution, avec ou sans motivation. Ils dessinent le portrait d’une société dont les repères, à l’instar de la cellule familiale, sont en pleine mutation. Téchiné refuse d’emblée le pardon, pour lui donner sens. Il s’agit de le désacraliser afin qu’il trouve sa signification.

Aucune « vérité » n’est établie. Et malgré un ancrage narratif, c’est au-delà de toute narration que le réalisateur invite le spectateur. A défaut de corps, l’essence est là, diluée mais bien présente.

IMPARDONNABLES

Réalisation : André TECHINE
France – 2011 – 111 min
Distribution : Lumière
Drame
Cannes 2011 – Quinzaine des Réalisateurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>