I Wish I Knew

On 11/05/2011 by Nicolas Gilson

C’est un amour réel et sans concession pour Shanghai qui transcende le film de Jia Zhang Ke de part en part. Un amour qu’il met en scène à travers l’évocation de son passé, de son histoire, et l’esquisse de sa nouvelle identité. Une mise en scène plurielle, certes documentaire, qui flirte ponctuellement avec la fiction qu’il s’agisse de citation ou de pure scénarisation. Toutefois, malgré le caractère communicatif de la sensibilité de l’auteur, I WISH I KNEW est diffus, épart, au point d’en être brouillon.

Déjà la construction est trouble. L’hypothèse documentaire s’inscrit rapidement avec un classicisme éprouvé. Jia Zhang Ke rencontre différents témoins/acteurs du passé. Il dresse ainsi le portrait de Shangai et au-delà celui de tout le régime chinois. Mais il part sur des prérequis trop imposant : pour comprendre sa vision de Shanghai il apparaît rapidement nécessaire d’en connaître le schéma historique. Rien n’est clair. Le titre semble alors plus que pertinent. Certes la sensibilité à laquelle le réalisater prétend ne pourrait être didactique, toutefois la hiérarchie des informations qu’il condense semble sans logique. De plus les séquences proprement fictive qu’il insère dans le film semble sans réel intérêt.

Par contre, Jia Zhang Ke semble fasciné par la découverte de Shangai au cinéma ; par la relation qui unit Shanghai au médium cinématographique. Les citations sont nombreuses et les extraits de films, souvent contextualisés, communique une vive soif de (re)découverte !

I WISH I KNEW

Réalisation : Jia Zhang Ke
Chine – 2011 – 118 min
Distribution : Cinéart
Documentaire
EA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>