Critique : Hungry Hearts

On 14/04/2015 by Nicolas Gilson

Après le mirifique LA SOLITUDINE DEI NUMERI PRIMI, Saverio Costanzo retrouve Alba Rohrwacher à qui il offre un rôle aussi grandiose qu’effrayant dans HUNGRY HEARTS. Signant l’adaptation du roman de Marco Franzoso, « Il bambino indaco », le réalisateur en place l’intrigue à New-York, une ville au coeur de laquelle ses protagonistes tendent à une solitude assassine. Double prix d’interprétation à Venise pour Alba Rohrwacher et Adam Driver, le film est un thriller ténu dont l’écriture impressionniste est admirable – mais dont la mise en scène laisse perplexe.

« What will we do with a child ? »

Lorsque Mina (Alba Rohrwacher) et Jude (Adam Driver) se rencontrent, malgré le manque de glamour de la situation, ils tombent amoureux. La passion les conduit au mariage mais bientôt l’annonce de la grossesse de Mina met leur relation en question. Jude se plie aux exigences de Mina sans prendre conscience ni de leurs causes ni de leurs conséquences.

hungry-hearts-saverio-costanzo-alba-rohrwacher-adam-driver

Comme dans son film précédent, Saverio Costanzo s’intéresse à la rencontre de deux solitudes. Toutefois celle-ci apparaît plus comme le moteur de l’intrigue autour de laquelle se tissent les enjeux. Quelques séquences balaient les grandes étapes de la relation qui emporte Mina et Jude. Proprement impressionnées par le réalisateur, elles permettent de mettre en exergue le caractère des protagonistes tout en esquissant leur réalité tant amicale que familiale. La timidité, la maladresse ou le manque d’assurance dont peuvent témoigner Mina et Jude – ou au contraire leur sens de la répartie – les rendent humains et attachants aussi lorsqu’une certaine lassitude se glisse entre leurs draps, leur désarroi se fait nôtre. N’avons-nous pas été témoins de la naissance de leur amour ; ne sommes-nous pas tombés amoureux d’eux en même temps qu’eux ?

Si la grossesse de Mina cadenasse proprement la relation, elle donne au couple un second souffle tout en menant à son inéluctable étouffement. Le récit, comme Mina, bascule alors au gré de sa folie. D’abord persuadée que son enfant est unique, Mina développe une phobie du monde extérieur dont elle veut à tout prix le protéger. Une folie obsessionnelle et consumante qui n’est pas sans rappeler celle développée par son personnage dans LA SOLITIDINE DEI NUMERI PRIMI.

hungry-hearts-alba-rohrwacher

Ayant épousé le regard du couple, la dynamique scénaristique se sépare alors en deux axes comme deux entités. Faisant corps tout à la fois avec les transports de Mina et le bouillonnement de Jude. De la romance, HUNGRY HERATS bascule irrémédiablement au drame avant de se muer en un thriller palpitant – où espaces physique et mental s’épousent, s’opposent ou se répondent.

Tente-t-il de transcender le ressenti, pluriel, de ses protagonistes que Saverio Costanzo signe une approche esthétique de plus éreintante. S’il nous ravit d’entrée de jeu avec la combinaison d’une photographie presque naturaliste et d’une séquentialité certaine, il manque ensuite de finesse à force de vouloir figurer le trouble qui emporte ses personnages. A-t-il le mérite d’essayer d’être innovant (notamment en modulant ses axes de cadrage) qu’il tend à la plus stricte esthétisation. Néanmoins, il parvient à nous tenir en haleine, à exciter nos sens et à nous surprendre – en sommes il s’agit d’être déçus tout en étant conquis.

Si l’écriture du film est l’un de ses atouts, sa puissance réside toutefois dans l’interprétation admirable d’Adam Driver, de Roberta Maxwell (surprenante dans le rôle de la mère de Jude) et d’Alba Rohrwacher – qui, de film en film, n’est que plus éblouissante.

Hungry Hearts - afficheHUNGRY HEARTS
♥♥(♥)
Réalisation : Saverio Costanzo
Iatlie – 2014 – 109 min
Distribution : A-Film
Drame

Venise 2014 – Compétition Officielle
Prix d’interprétation féminine & masculine

hungry-hearts-adam-driver-alba-rohrwacher Hungry-Hearts-Adam-Driver Hungry Hearts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>