How I Spent My Summer Vacation

On 06/11/2012 by Nicolas Gilson

D’entrée de jeu, HOW I SPENT MY SUMMER VACATION joue avec le spectateur en lui livrant les ingrédients du film d’action et en misant sur le divertissement. Par le biais d’une voix-over, le personnage interprété par Mel Gibson s’adresse au spectateur et s’en fait le complice. Il commente la situation dans laquelle il se trouve en usant d’ironie et en témoignant d’un flegme que les fans du genre ne peuvent qu’apprécier.

Déguisé en clown, il vient de faire un casse et s’enfuit vers la frontière mexicaine qu’il franchit dans les rebondissements d’une course-poursuite. Une aubaine pour les policiers mexicains qui trouvent sur le siège arrière de la voiture des sacs remplis de billets de banque : ils s’en emparent et font emprisonner le clown sous prétexte de trafic de drogue. Gonzo devient alors « El Gringo » et va de découvertes en surprises.

Il se retrouve incarcéré dans une prison qui a tout d’une ville où règne la pègre et la misère, et où il doit survivre et faire sa place. Il rencontre un gamin d’une dizaine d’année qui l’éclaire sur la réalité et les codes du monde où il est enfermé. Les rebondissements peuvent alors pleuvoir, ce qui permet à Mel Gibson de s’imposer comme grandiose dans un genre, emprunt d’humour, qui lui sied.

Toutefois tant au niveau de l’écriture que d’un point de vue esthétique, HOW I SPENT MY SUMMER VACATION est d’un bout à l’autre démonstratif. Nombreux sont les effets visuels et sonores, et force est de constater que si l’on adhère à la surenchère voulue par le réalisateur le film a quelque chose de délectable.

HOW I SPENT MY SUMMER VACATION

Réalisation : Adrian GRUNBERG
USA – 2012 – 95 min
Distribution : Paradiso
Action

Comments are closed.