Great Expectations

On 26/02/2013 by Nicolas Gilson

Conte de fée version masculine à destination d’adolescent(e)s – ou alors c’est à n’y rien comprendre –, GREAT EXPECTATIONS est un gentil navet d’une incommensurable mièvrerie. Superficiel à souhait le film épouse le ridicule sans jamais pourtant faire preuve de second degré. Est-il possible de voir du rêve, de la magie et de grands sentiments – ou une toute petite métaphore – là où le risible s’impose ? Pauvre Charles Dickens…

Pip est le héros d’une « belle » aventure : jeune orphelin, recueilli par sa soeur tyrannique qui le bat, il voit son destin basculer lorsqu’un bienfaiteur anonyme décide d’en faire un gentleman. Longue est l’introduction où le jeune garçon au bon coeur secourt un forçat qui a tenté de s’évader avant de devenir l’amusement d’une folle perverse, Miss Havisham, qui, parée en mariée, vit recluse dans un manoir qui semble figé dans le temps. Quelques années plus tard, alors que l’enfant est devenu jeune homme et apprenti forgeron, un homme vient chercher Pip afin de le mener à Londres…

Mike Newel réalise un film tout démonstratif au sein duquel l’évolution psychologique des protagonistes ne semble pas avoir le moindre intérêt – puisqu’il s’appuie sur scénario pathétique composé des grands mouvements de l’intrigue et ponctué de flash-back explicatifs. Alors que Pip change de monde et que cela constitue un basculement total, l’évolution du protagoniste n’est perceptible que dans ses changements de costume et dans ceux de son attitude qui devient de plus en plus grossière tant elle semble surjouée – certes le jeu de Jeremy Irvine qui incarne Pip n’aide pas tant il est mauvais. Au mille et un effets (franchement pas maitrisés) répond un enrobage musical catastrophique. Bref, l’ennui s’impose sans que jamais les enjeux de la ligne narrative initiale ne fassent mouche.

Cette nouvelle adaptation du roman de Charles Dickens serait-elle une invitation à redécouvrir des classiques de la littérature ou du cinéma ? Car à sa découverte c’est d’originalité et de transport dont nous avons envie. Ce dont le film de Mika Newel est dépourvu.

GREAT EXPECTATIONS
DE GRANDES ESPERANCES

Réalisation : Mike NEWEL
Grande-Bretagne – 2012 – 128 min
Distribution : Paradiso
Drame

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>