Française

On 06/05/2009 by Nicolas Gilson

Sortie du Film Française de Souad EL-BOUHATI

Née en France de parents nord-africains, Sofia y vit une enfance normale. Cependant, sans raison apparente si ce n’est l’absence de travail du père, sa famille quitte l’hexagone du jour au lendemain, en pleine nuit. Sofia a alors 10 ans. Huit ans plus tard elle vit au bled avec ses parents où, tout en aidant son père aux champs, elle étudie dans l’optique de retourner en France. Mais la promesse de ses parents de lui donner son passeport semble vaine …

ITINERAIRE D’UN FILM RATE

Avec grande réussite Souad El-Bouhati passe littéralement à côté de l’intérêt que son film aurait pu susciter. Alors que le sujet et les thématiques abordées sont riches, leur développement est proprement grossier. Scénario, réalisation et interprétation conduisent indéniablement à ce constat bien amer.

Trois temps de récit composent la rythmique scénaristique. La première expédie en quelques scènes l’enfance de la protagoniste, ou esquisse ce qui s’avère être ses derniers jours en France. Expédition ou esquisse car c’est à très gros trait que cette tranche de vie nous est présentée : racisme facile, cliché amical, dramatisation d’un quotidien dont on ne comprend rien. Le corps du récit développe la fin de l’adolescence de la protagoniste que nous retrouvons au Maroc. Et si la motivation qui dicte son comportement est limpide, elle devient rapidement fatigante tant chaque élément narratif est commenté au travers des dialogues. Un troisième temps clôt l’évocation filmique.

Le scénario développe grossièrement des thématiques pourtant intéressantes autour de la question identitaire. Un conflit intergénérationnel qui opposent la protagoniste à ses parents reposant principalement sur la divergence de point de vue sur la position en France des français d’origine nord-africaine. Un principe simple du non-dialogue définit la base même de ce conflit tandis qu’au sein même de la jeune génération les conceptions de vie et de position de la femme sont sources de tensions radicales. Mais c’est au travers d’une écriture caricaturale que cela prend vie. Une écriture à gros traits où seuls importent le démonstratif et l’excès monstratif.

La réalisation ne sauve rien à cela. La pauvreté du cadrage n’a d’égal que l’absence absolue de logique dans le placements des regards : alors que la valeur de plan est le plus souvent serrée, les effets de raccord sont perturbants tant ils donnent l’impression que les différents protagonistes ne se regardent pas. Les rares plans larges qui prennent place dans le film témoignent d’une mise en scène plus que palpable si bien que les personnages ne prennent pas vie.

En fait le jeu ne cesse de se sentir et de se ressentir. Selon toutefois deux optiques : un jeu proprement récitatif et chorégraphié s’oppose à une hystérie laissant présager l’improvisation lors de la prise. La pauvreté générale du jeu reflète l’incapacité de la réalisatrice à mettre en scène son propre scénario en sortant de la caricature qui le compose.

Lorsqu’aucun pôle n’en sauve un autre, seul ce difficile constat s’avère possible : Française est un film raté.

FRANCAISE

Réalisation : Souad EL-BOUHATI
France/Maroc – 2008 – 84 min
Distribution : Coopération Nouveau Cinéma
Comédie dramatique
Enfants admis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>