Flame et Citron

On 25/05/2009 by Nicolas Gilson

Copenhague, 1944. Le Danemark est occupé par l’Allemagne nazie. Flame et Citron sont deux légendaires combattants résistants chargés d’éliminer les informateurs danois qui ont trahi leur pays. Sur ordre de leur commandement, ils sont dorénavant autorisés à tuer des Allemands…th

PROBLEMATIQUE D’ENVERGURE

Décevant est sans conteste le terme qui définit au mieux l’impression qui transparaît à la vision de FLAME ET CITRON. Malgré un excellent casting et une réalisation intelligente le film ne décolle jamais au point de sembler terriblement ennuyeux. Les longueurs scénaristiques et l’absence d’une cohérence en ce qui concerne la mise en place de ce récit historique sont sans doute les raisons principales de ce triste constat.

Le film s’ouvre sur des images d’archives avec une adresse directe au travers d’une voix-over : « Te souviens-tu de leur arrivée ? » Une double interrogation prend alors place : qui est cet homme et à qui s’adresse-t-il. Mais au-delà une réelle dynamique du point de vue semble s’imposer. Le récit historique mis en scène par Madsen apparaît rapidement être celui personnel d’un des protagonistes Flame (Thure Lindhart). Cependant cette dynamique sera à plusieurs reprise mise à mal : une réelle rupture prend place lorsque l’attention se porte sur son comparse, Citron (Mads Mikkelsen). La logique implose alors, ce qui est proprement dommageable car l’intérêt suscité par cette prime approche s’en trouve anéanti.

D’autant plus que le respect de cette dynamique au niveau de l’écriture permettait d’éviter les longueurs quelque peu assommantes qui ne cessent de prendre place. Le respect de ce point de vue unique, la cohérence de l’approche, aurait aussi permis de justifier le flou des données factuelles et du rythme discontinu de l’intrigue. Nombres d’éléments éreintants qui mettent à mal l’adhésion du spectateur à un récit pourtant aussi complexe qu’intrigant.

La mise en scène de Madsen est intelligente. Sa réalisation esquisse des modulations rythmiques. Le spectateur est tantôt invité à partager le désarroi psychologique des protagonistes, tantôt confronté à une construction purement photographique. Toutefois la course aux effets qui semble se manifester donne au film un caractère proprement artificiel.

Et transparaît tristement une problématique d’envergure du projet par rapport aux moyens. Des erreurs manifestes dans le choix des décors ou encore dans le vieillissement de séquences afin de créer une illusion de films d’époque – jurant par rapport aux images d’archives – engendre une distanciation telle que l’artificialité provoquée est indépassable.

La qualité du jeu des différents acteurs reste à souligner mais ne permet pas, à nouveau, d’emporter le spectateur au coeur de l’intrigue.

FLAME ET CITRON
FLAMMEN & CITRONEN
*
Réalisation : Ole Christian MADSEN
Danemark – 2008 – 130 min
Distribution : CNC
Drame

Comments are closed.