FIFB : Ce nouveau festival qui se rêve grand

On 13/11/2015 by Nicolas Gilson

Du 17 au 21/11/2015, un nouveau festival de cinéma fait son entrée dans le bal des événements dédiés au 7ème art en Belgique. Il se dote d’une appellation simple et presque évidente : le Festival International du Film de Bruxelles (FIFB). Et comme son nom l’indique, il sera généraliste et prendra place dans la capitale. Se déroulant sur 5 jours, la manifestation ne comptera que 22 films dont seulement 8 long-métrages de fiction.

Emporté par Salvatore Leocata, le FIFB prendra place à l’UGC De Brouckère, à Bozar et au cinéma Galeries. Il propose d’entrée de jeu trois sections compétitives qui ne comportent chacune qu’un nombre très restreint de titres à savoir 6 long-métrages en compétition, et 5 courts dans les sections « cinéma belge » et « Ciné Jeunes », dédiée aux premiers films et films d’étudiants. C’est peu, trop peu sans doute pour un événement qui se targue d’être éclectique dans sa programmation tout en gardant un goût pour le cinéma d’auteur, le cinéma de genre, les créations audacieuses, pour l’inédit et les coups de coeur ; d’être ouvert à tous les cinéastes talentueux et de proposer le meilleur du cinéma hexagonal et un panorama de films issus des quatre coins du monde tout en faisant la part belle au cinéma belge.

au plus pres du soleil

Alors que la 30 ème édition du FIFF (172 titres) et la 42 ème édition du FILM FEST GENT (144) viennent de se clôturer, il est difficile de ne pas acter de la moindre comparaison. S’il est nécessaire de garder en tête qu’il s’agit d’une première édition, il est surprenant de mettre le cinéma français à l’honneur avec uniquement 3 films (PARIS-WILLOUBY, AU PLUS PRES DU SOLEIL et UN+UNE). Un cinéma autrement plus représenté notamment lors de la dernière édition du Brussels Film Festival, événement pour sa part dédié au cinéma européen et qui témoigne de la volonté de s’ouvrir à l’international… Autant dire que le nom du FIFB, étonnamment francophone, fait polémique.

Autre polémique, évoquée par Nabila Belkacem, la directrice artistique du FIFB, lors de la présentation du festival à la presse, la filiation avec le FIFI – entendez le Festival International du Film Indépendant de Bruxelles – dont le FIFB n’est pas le prolongement mais dont il célèbre tout de même le travail en mettant en l’honneur le cinéma indépendant (une notion trouble… ou plutôt non-définie par les organisateurs). En parallèle des projections, le FIFB propose plusieurs événements : une journée Sourd’vision et des rencontres professionnelles (Media Day et Job Cinema Days). Sommes-nous curieux que nous sommes restés sur notre faim lors de cette présentation. Mais lorsque la première crêpe est dans la poêle, nous savons déjà que ce n’est qu’à partir de la deuxième que nous saurons si la pâte est bonne.

Pour l’heure, nous ne pouvons qu’être surpris que le festival accueille Brillante Mendoza sans programmer le moindre de ses films (alors qu’il défendait en mai dernier TAKLUB à Cannes), rende un hommage « virtuel » à François Ozon et se vante d’offrir aux jeunes une place « inédites » dans l’échiquiers des festivals alors que nombreuses sont les manifestations où, depuis de nombreuses années, ils sont invités à être de plus en plus actifs. Nous sommes aussi surpris de la manière dont les films ont été présentés ou défendus par Nabila Belkacem à l’instar de TODAY de Reza Mirkarimi : « Pour un film iranien, il se passe quelque chose ». Comment ne pas être interdits lorsque nous regardons le nombre de films en lice (6) et le nombres de prix (5)…

Une chose est sûre, le pari relevé par l’équipe du FIFB de doter Bruxelles d’un « grand festival » est un véritable défi. Il lui faudra avoir une identité forte, acter d’une pertinence dans sa programmation belge en se tenant juste après le FIFF et juste avant le Be Film Festival, et dans sa programmation de premiers films et de films d’étudiants alors que le Next Generation est en quelques éditions déjà un véritable succès. Il lui faudra en somme parvenir à ne pas être le « second » festival du film de Bruxelles…

Le FIFB s’ouvrira ce 17/11 avec AU PLUS PRES DU SOLEIL de Yves Angelo et se clôturera le 21/11 avec la projection de UN+UNE de Claude Lelouch en sa présence.

Renseignements pratiques : www.fifb.be

Affiche_FIFB

Trackbacks & Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>