FIDEC #12 : Superbe édition !

On 22/10/2012 by Nicolas Gilson

La 12 ème édition du FIDEC, qui s’est clôturée dimanche, s’est révélée grandiose. Alors que l’ensemble des films proposés en compétition s’est avéré de qualité, la finesse de la sélection s’est à nouveau imposée. En se réclamant de donner le pouls de la création internationale des films d’écoles, les programmatrices du FIDEC proposent non seulement de découvrir les talents de demain – déjà bien affirmés – mais aussi de voir se dessiner des tendances et de dresser un comparatif tout subjectif – notre propre regard – des enseignements délivrés.

La compétition nationale a permis de découvrir 17 films venus de 7 écoles. Des films très différents et quelques fois très singuliers au point de laisser présager un avenir radieux pour le cinéma belge. Citons ainsi en vrac ASCONA de Bram Algoed (KASK), ATOMES d’Arnaud Dufeys (IAD), AVANT LE DEGEL de Sarah Hirtt (INSAS), BADPAKJE 46 de Wannes Destoop (KASK), RAE de la très timide Emanuelle Nicot (IAD), SI J’ETAIS UN HOMME de Margot Reumont (La Cambre) et TRISTESSE ANIMAL SAUVAGE de Florian Berutti (INSAS).

L’IAD avec sa finalité 3D s’impose de plus en plus comme incontournable dans le domaine de l’animation comme en témoignent VIE DE REVE EN PROMOTION d’Ellen Salomé, Kevin Dupont et Alicia Keppenne, et TEMPO de Benoît Fontenelle et Tony Marioni. L’animation a été la plus belle des surprises et ce bien au-delà de la maîtrise technique et de ses variétés esthétiques. Car la force de cette création spécifique est la richesse des possibilités scénaristiques mises en scène et développées avec une réelle maturité. Ainsi l’animation rencontre le documentaire (SI J’ETAIS UN HOMME – un petit bijou qui questionne avec intelligence, humour et sensibilité le rapport masculin/féminin), flirte avec l’hybridité (ASCONA – un film d’une rare sensibilité) ou encore questionne la ritualité (PIECE A NOUER d’Ornella Macchia).

L’animation à l’international présente le même intérêt : une impressionnante maturité. Les genres se rencontrent et se mélangent, et ce faisant les réalisateurs nous secouent, nous troublent voire nous bouleversent à l’instar de BON VOYAGE de Fabio Friedli – d’une majestueuse simplicité – ou encore d’ABUELAS de Afarin Eghbal – un film anglais venu de l’école NFTF qui semblent donner des moyens plus que conséquents à ses étudiants à la découverte, côté fiction, d’un western à l’esthétique impressionnante (THE PRIDE OF WADE ELLISON de Sean Branigan) et d’un film en tous points maîtrisés, SMALL TOWN GLORY de Mary NighyI.

Films expérimentaux, fictions et documentaires composaient une programme qui voyageait à travers les genres du réalisme à la comédie, du western au drame, du thriller au pastiche. Avec les 32 films de la compétition internationale, ce furent près de cinquante réalisations qui étaient à découvrir parmi lesquelles le superbe 3 DAYS OF FREEDOM de Lukasz Borowski – un documentaire polonais éblouissant – et le sublime (et très drôle) film expérimental québécois de Gabriel Fortin BODY BUILDING. Il y avait aussi les touchants TERRA de Piero Messina – selon les mots d’Anne Whatelet, l’une des programmatrice, « un film italien qui ressemble à un film norvégien » –, TENNIS de Vladimir Dembinski et TUBA ATLANTIC de Hallvar Witzo, le captivant FRICTIONS de Steven Briand (qui a passionné bien des enfants) et le délicieux FLAMINGO PRIDE de Tomer Eshed qui, projeté avec une réelle qualité de son et d’image, a séduit une salle comble.

Un film habilement choisi pour inviter les spectateurs à une pink party donnée à l’occasion de la présentation de la « carte rose » accordée au Pink Screens Film Festival qui remettait cette année un prix queer. La FIDEC a par ailleurs célébrer l’anniversaire de l’INSAS et a, comme chaque année, avec un succès sans cesse grandissant, initié de nombreux enfants et adolescents au cinéma !

Si l’avenir de l’évènement est encore incertain, malgré la motivation décuplée des organisatrices et plusieurs pistes envisagées, le FIDEC prendra déjà ses quartiers au Brussels Short Film Festival en avril prochain en s’associant à l’évènement pour la mise en place d’une compétition de films d’écoles. À suivre.

Palmarès complet de cette 12 ème édition :

COMPETITION INTERNATIONALE
Grand Prix International – Prix Roger Closset TERRA de Piero Messina (Centro Sperimentale de Cinematografia – Italie) ex-aequo BON VOYAGE de Fabio Friedli (HSLU – Suisse).
Mention à BODY BUILDING de Gabriel Fortin (Université du Québec à Chicoutimi – Canada)
COMPETITION NATIONALE
Prix Sabam VIE DE RÊVE EN PROMOTION d’Ellen Salomé, Kevin Dupont, Alicia Keppenne (IAD – Belgique)
Le Prix de la Fédération Wallonie-Bruxelles RAE De Emmanuelle Nicot (IAD – Belgique)
Le Grand Prix National TRISTESSE ANIMAL SAUVAGE de Florian Berutti (INSAS – Belgique)
Mention à la comédienne Janice Vercaempst dans BADPAKJE 46 de Wannes De Stoop (KASK – Belgique)

Prix National du Jury Jeune ATOMES d’Arnaud Dufeys (IAD – Belgique)
Mention à VIE DE RÊVE EN PROMOTION d’Ellen Salomé, Kevin Dupont, Alicia Keppenne (IAD – Belgique)
Prix International du Jury Jeune TUBA ATLANTIC de Hallvar Witzo (The Norvegian Film School – Norvège)
Mention à GUEST de Ga Eun Yoon (KNUA – Corée)

Prix du public VIE DE RÊVE EN PROMOTION d’Ellen Salomé, Kevin Dupont, Alicia Keppenne (IAD – Belgique)
Prix du Soroptimist GUEST de Ga Eun Yoon (KNUA – Corée)
Prix de La Trois RAE de Emmanuelle Nicot (IAD – Belgique)
Prix Queer SI J’ÉTAIS UN HOMME de Margot Reumont (La Cambre – Belgique)
Mention à WER ICH GLÜCKLICH BIN de Maria Pavlidou (IFS – Allemagne)

Comments are closed.