Et Maintenant On Va Où ?

On 27/09/2011 by Nicolas Gilson

Nadine Labaki nous convie à la découverte d’un conte. D’emblée il est question d’une histoire qu’elle nous invite à suivre ou à rejeter. Le décor, magnifié visuellement, est posé. Au milieu d’une plaine désertique un groupe de femmes avance. Elles semblent soudées les unes aux autres. Elles sont en deuil. Leurs mouvements sont chorégraphiés. Alors qu’elles font corps avec la musique, leur gestuelle devient instrumentale. Et lorsque le groupe se sépare, lorsque la musique s’épuise, déjà une réalité s’inscrit : l’union fait place à la division. Les pleurs sont communs mais une séparation infime s’impose, le cimetière où elles pleurent des hommes et uniquement des hommes est séparé en deux par le chemin qui y conduit.

Cette séparation est celle du culte et de la guerre. Le village dont on nous conte l’histoire compte une population mixte de catholiques et de musulmans qui forment une communauté apparemment paisible malgré les blessures passées. Et si les divisions sont notables, la complicité prime. Une complicité magnifiée par le groupe de femmes. Cependant face à la réalité des combats, à la guerre de religions qui se ravive, ces femmes se mobilisent car elle ne veulent pas à nouveau se draper de noir, car elles ne comprennent pas la division que les hommes soulignent.

Elles tentent donc de s’organiser afin que l’atrocité extérieure ne contamine pas l’équilibre délicat auquel le village est arrivé. Nadine Labaki flirte avec la comédie musicale et avec le drame, elle joue de romantisme, de tragédie et de comédie afin d’aborder avec légèreté et respect un sujet épineux, celui de la réalité du Liban qui devient celui de toutes les guerres fratricides.

Si la démarche est louable, l’approche s’épuise tant la réalisatrice s’égare d’une forme à l’autre et c’est le rythme global du film qui en subit les conséquences. Pour ce qui est de la naïveté voulue – et revendiquée – soit on y adhère et les longueurs et les modulations importent peu face au message dévoilé, soit on la rejette et le film n’est que pure pénitence. Un film inégal donc, mais louable.

ET MAINTENANT ON VA OU ?
♥♥
Réalisation : Nadine Labaki
France/Liban/egypte – 2011 – 98 min
Distribution : BFD
Comédie dramatique

Cannes 2011 – Un Certain Regard
FIFF 2011 – Compétition Officielle

Trackbacks & Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>