Elle s’en va

On 18/09/2013 by Nicolas Gilson

Témoignant d’une exaltante énergie, ELLE S’EN VA est le remarquable portrait d’une sexagénaire à la dérive. En le composant, Emmanuelle Bercot offre à Catherine Deneuve un rôle épatant tout en ancrant un envoûtant jeu entre fiction et réalité. D’une sensible simplicité.

elle s'en va - catherine deneuve - emmanuelle bercot

Bettie (Catherine Deneuve) tient les rennes d’un restaurant familial dont l’avenir semble compromis. Enfermée dans un quotidien routinier, elle est troublée par la fin abrupte de sa liaison. Un choc qui devient le moteur d’un départ impromptu qui la surprend elle-même. Sur base de cette impulsion Emmanuelle Bercot compose un voyage ponctué de rencontres et de rebondissements au coeur duquel la personnalité de Bettie se déploie et se révèle multiple. Peu à peu la caractérisation du personnage se révèle le rouage central autour duquel l’intrigue se développe. Si le parcours est physique, il est tout aussi symbolique et atemporel : ainsi les zigzags et les hasards conduisent Betty à faire face au prisme de sa propre vie. Qu’importe les égarements ponctuels tant l’approche est sensible voire troublante.

D’entrée de jeu Emmanuelle Bercot opte pour une vivifiante organicité : elle filme au plus près Catherine Deneuve dont les cheveux à la blondeur presque objectuelle volent au vent. Si la beauté icônique de l’actrice subjugue, elle participe à la fois à la dynamique d’écriture et à celle de la mise en scène. La réalisatrice propose un portrait singulier où s’entremêlent fiction et fantasmes : comme si à force de projections Catherine Deneuve s’est muée en un individu imaginaire. Celui que compose judicieusement Emmanuelle Bercot en renvoyant à l’imagerie que véhicule son héroïne.

elle s'en va - emmanuelle bercot

Elle installe une rime aussi riche que curieuse : parsemé de photographies de l’actrice jeune, le film devient l’hypnotisant portrait de qui Catherine Fabienne Dorléac aurait pu devenir. Emmanuelle Bercot utilise avec acuité les clichés tant photographiques que narratifs en tendant à une chaleureuse simplicité et un délicieux réalisme. Ainsi chacune des rencontres de Bettie est – icône oblige – un peu celle de Catherine Deneuve. Fiction et réalité se rencontrent de-ci, de-là et confèrent à certaines séquences un caractère troublant à l’instar de la scène où un villageois roule une cigarette pour Betty ou encore celle où elle se retrouve saoule dans bar au milieu de nulle part.

Comme l’esquisse le titre, ELLE S’EN VA est un road-movie qui résulte du basculement engendré par un moment de pulsion, un égarement ou une respiration. Sans s’en rendre compte Bettie enclenche un mouvement introspectif qui se veut salvateur. Elle se fuit pour se retrouver. Récit universel.

Parallèlement au dialogue qui s’établit entre la fiction et la réalité, Emmanuelle Bercot parvient à trouver un juste équilibre entre distanciation et complicité grâce à une approche esthétique dont l’atout est la fraicheur et l’intuitive naïveté. Touchant, le film, qui déjà est une pépite d’humour, déborde d’énergie. Si Catherine Deneuve y est formidable, la qualité d’interprétation de l’ensemble des comédiens (jusqu’au plus petit protagoniste) est telle que la réalisatrice ne peut que s’imposer comme une excellente directrice d’acteurs.

elle s'en va - affiche

ELLE S’EN VA
♥♥(♥)
Réalisation : Emmanuelle Bercot
France
Distribution : ABC Distribution
Comédie dramatique

Berlinale 2013 : Compétition Officielle

elle s'en va

Elle s'en va - catherine deneuve

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>