Drôle de Grenier

On 23/03/2010 by Nicolas Gilson

Triste est de constater que DROLE DE GRENIER repose sur une double logique à la fois manichéenne et machiste. La femme – une vieille poupée – y est réduite à la condition de ménagère sans défense qui attise le désir du mal dont elle sera sauvée par les hommes protecteurs. Si la définition du bien et du mal a une valeur éducative, que penser des archétypes de genre mis en place dans un film d’animation destiné aux plus jeunes ? Comment les enfants peuvent-ils échapper à une logique restrictive du masculin héroïque et du féminin dépendant de celui-ci ? L’héroïne, comme trop souvent, est enfermée dans une condition à mi-chemin entre l’objectualisation et l’asservissement. Certes un autre personnage féminin en est émancipé, mais les protagonistes masculins semblent dès lors ne pas prendre conscience de sa différence de sexe : seule l’incarnation caricaturale de la fragilité et de la vulnérabilité les titille. Or cette vue archétypale conditionne irrémédiablement les rapports sociaux, affirmant les logiques de sexe fort et de sexe faible. Martine peut donc songer au Prince Charmant défendant son domaine …

Entremêlant différentes techniques d’animation mais aussi des séquences de cinéma classique, DROLE DE GRENIER est un drôle de film bien saugrenu : au-delà d’une narration obséquieuse au rythme biscornu, le film touche tellement à tout que sa ligne esthétique en devient brouillonne. Pourtant quelques séquences sont proprement magiques tels des oiseaux s’envolant au sein du décor 3D grâce à du dessin animé. Une douce poésie au cœur d’un gentil fouillis à l’idéologie douteuse.

DROLE DE GRENIER
•/*
Réalisation : Jiri BARTA
Tchequie – 2009 – 74 min
Distribution : Le Parc Distribution
Animation
EA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>