Diplomatie

On 10/03/2014 by Nicolas Gilson

Coproduction entre la France et l’Allemagne, DIPLOMATIE s’intéresse à un épisode singulier de la seconde guerre mondiale lors duquel un diplomate suédois tente de convaincre un général Allemand de ne pas détruire Paris. Volker Schlöndorff dirige intelligemment André Dussollier et Niels Arestrup qui donnent au film ses lettres de noblesse.

diplomatie

« Trois millions de vies ? C’est quoi ? C’est rien. »

La nuit du 24 au 25 août 1944, l’Hôtel Meurice devient le théâtre où se joue l’avenir de Paris et de ses monuments. Sous l’ordre du Führer, le Général Von Choltiz (Niels Arestrup) s’apprête à faire sauter la ville lumière. La défaite se fait-elle sentir que Hitler compte bien marquer (un peu plus) l’Histoire. Un dessein secret qui est pourtant arrivé aux oreilles du Consul de Suède, Raoul Nordling (André Dussolier), qui, fort de connaître les secrets du bâtiment, s’immisce dans la suite du militaire afin d’entamer des pourparlers.

Le réalisateur signe avec l’auteur de la pièce originelle l’adaptation réussie d’un huis-clos palpitant. Basé sur un fait historique, la trame dramaturgique fantasme judicieusement la confrontation entre le Général et le diplomate alors en poste à Paris. Et si les légères tentatives de sortir du strict isolement de la chambre d’hôtel sont trop artificielles, elles n’enlèvent pas à l’ensemble une réelle force dramatique. Le point de vue adopté tend à fondre le spectateur à la logiques des deux hommes si bien que tout en étant d’emblée acquis à la cause du Consul, il ne peut condamner l’officier – tout en restant critique quant à la froideur dont il peut témoigner face à ses agissements passés.

« DIPLOMATIE » Un film de Volker SCHLÖNDORFF

« Mes hommes ont peur. Ce sont des gamins : ce n’est pas leur guerre. »

Le texte est brillant, les répliques affutées. André Dussolier et Niels Arestrup livrent des prestations admirables. L’un et l’autre donnent à leur personnage plusieurs facettes et les modulations de leur jeu se veulent proprement passionnantes. Dussolier campe à merveille le diplomate auquel il confère une rhétorique aussi séduisante que diabolique.

La mise en scène de cette réelle joute verbale est pensée avec soin. Certes renforcée par un enrobage musical efficace, elle ancre la complicité du spectateur avec les protagonistes et devient le témoin d’un réel théâtre des manipulations. Découpage et montage se complètent avec soin et permettent d’ancrer un dialogue au-delà des mots en révélant moult intentions à travers un regard, une inclinaison de tête ou un léger mouvement. Au demeurant l’approche est des plus classique voire même bien artificielle (avec quelques raccords objets des plus houleux) et les tentatives de sortir de l’espace clos sont franchement pathétiques ou maniérées, cependant alors que l’on connait l’aboutissement – Paris et ses monuments sont toujours là – l’intrigue demeure d’un bout à l’autre captivante. En soi, une réussite.

Diplomatie - Affiche

DIPLOMATIE
♥(♥)
Réalisation : Volker Schlöndorff
France / Allemagne – 2014 – 85 min
Distribution : Lumière
Drame historique

Berlinale 2014 – Séance Spéciale

Diplomatie - André Dussolier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>