Des gens qui s’embrassent

On 04/04/2013 by Nicolas Gilson

Le nouvel opus de la réalisatrice et scénariste Danièle Thompson déçoit indubitablement : DES GENS QUI S’EMBRASSENT est un film hybride entre une comédie mollassonne et une romance éculée et cousue de fil blanc qui ne présente pas même l’intérêt d’être divertissant. En même temps, mis à part LA BUCHE, la réalisatrice ne signe-t-elle pas de gentils films bourgeois guère convaincants.

Des gens qui s'embrassent - 2ric Esmosnino et Kad Merad

« Tu sais, je me suis toujours dit qu’on n’a rien à se dire. Ce n’est pas vrai. On a beaucoup de choses désagréables à se dire. »

Roni (Kad Merad) et Zef (Eric Esmolino) sont frères. Le premier vit à Paris, a fait fortune dans le diamant à bon marché, est marié à une italienne aux formes voluptueuses (Monica Bellucci pathétique) et s’apprête à marier sa fille (Clara Ponsot) tandis que le second qui est musicien vit à New-York avec son épouse (brillante Valérie Bonneton) et sa fille (Lou de Laâge dont l’expressivité rappelle celle de Fifi Brindacier), contrebassiste comme maman, vit en Angleterre. Le premier aimerait que le second ne vienne pas au mariage, le second voit dans un concert à Philadelphie la parfaite excuse pour ne pas y assister. Mais la mort accidentelle de sa femme contraint Zef à rentrer à Paris pour l’enterrer aussi vite que possible afin d’éviter le mariage…

Derrière une apparente choralité – la recette Thomson mère et fils qui ne fonctionne que bancalement – un assemblage de situations compose le portrait superficiel d’une famille désunie. Pour ancrer la comédie, Danièle Thomson jongle avec de nombreux clichés éculés dans des situations à dessein caricaturales qu’elle met en scène sans brio. Pour le romantisme, une trame cousue de fil blanc plus que rebattue – la cousine qui tombe amoureuse du futur marié qui tombe sous son charme – est appréhendée avec lourdeur. Si quelques répliques amusent, quelques situations font sourire et un niais sentimentalisme transpirent, DES GENS QUI S’EMBRASSENT agace.

Eric Elmosnino, sans surprise, est excellent. Mais il ne peut à lui seul sauver une soupe sans saveur dans laquelle se débattent comme ils le peuvent – s’ils le peuvent – les autres interprètes.

Des gens qui s'embrassent - Clara Ponsot

DES GENS QUI S’EMBRASSENT
•/♥
Réalisation : Danièle THOMSON
France – 2013 – 100 min
Distribution : Alternative Fims
Comédie / Romance

Des gens qui s'embrassent - affiche

Des gens qui s'embrassent - Monica Bellucci surprise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>