Death by Palm Springs

On 10/01/2016 by Nicolas Gilson

Présenté en première internationale au 27ème Palm Springs International Film Festival en Californie, JE ME TUE A LE DIRE de Xavier Seron y a été honoré du prix du meilleur premier long-métrage. Le film concourait parmi 12 titres dans la section New Voices/New visions consacrée aux premières œuvres.

Accueillant chaque année plus de 136.000 spectateurs, le Palm Springs International Film Festival est l’une des plus prestigieuses manifestations cinématographiques des USA. Il a accueilli lors de cette édition quelques 180 films issus de 70 pays, parmi lesquels LE TOUT NOUVEAU TESTAMENT de Jaco Van Dormael. Point stratégique dans la course aux Oscars le festival est l’un des plus suivi par les médias spécialisés.

JeMeTueALeDire_02

Lauréat du Prix Cinevox lors du 30ème FIFF de Namur où il était présenté en première mondiale, JE ME TUE A LE DIRE a séduit le public du Be Film Festival avant de briller en Californie. Voué à devenir culte, le film de Xavier Seron était en lice face notamment à INTERRUPTION de Yorgos Zois (présenté à la Mostra dans la section Orizzonti), SLEEPING GIANT de Andrew Cividino ou encore PARADISE TRIP de Raf Reyntjens. Composé des distributeurs américains Gary Rubin (Cohen Media), Dan Berger (Oscilloscope) et Ryan Kampe (Visit Films/Monument Releasing) le jury a salué cette comédie noire belge pour son humour et son approche unique et inattendue de la narration qui repousse la forme et la structure au sein d’une histoire qui suit des thèmes communs à de nombreux films.

Notons que le film indo-américain, THITHI a reçu une mention spéciale de la part du même jury qui en a félicité le réalisateur, Raam Reddy, pour avoir emporté le public dans une randonnée heureuse, tissant un récit complexe et multiple conduisant à un film chaleureux dont la structure reflète le contenu.

Comédie noire remarquable, JE ME TUE A LE DIRE met en scène Jean-Jacques Rausin dans le rôle de Michel, un comédien trentenaire qui est persuadé d’avoir contracté le cancer du sein de sa mère, semble-t-il indécelable. Il a décidé d’arrêter de fumer. Pourtant ça ne l’empêchera pas de mourir. Il le sait. C’est inéluctable. Tout ça, c’est de la faute de sa mère (Myriam Boyer). En lui donnant la vie, elle lui a donné la mort. Depuis qu’il a décidé de mettre en vente la maison familiale et de placer sa mère en maison de retraite, Michel commence à perdre des plaques de cheveux. Il est foutu.

JE ME TUE A LE DIRE sortira en Belgique en avril 2016.

JeMeTueALeDire_03

Xavier Seron au FIFF en octobre dernier :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>