Critique : Dancing in Jaffa

On 10/12/2014 by Nicolas Gilson

La danse de salon pourrait-elle conduire Israéliens et Palestiniens à avoir confiance les uns envers les autres ? Né à Jaffa et exilé depuis l’enfance au Royaume-Uni, Pierre Dulaine cherche à sa manière à ouvrir un dialogue entre les deux communautés. Il se rend an Israël avec l’objectif de faire danser ensemble les enfants juifs et arabes, les garçons et les filles. De la rencontre avec les enfants à l’organisation d’un concours final, la documentariste Hilla Medalia accompagne le danseur et professeur de danse au fil de la concrétisation de son projet. Une expérience intrigante à travers laquelle se dessinent bien des aprioris religieux et raciaux mais aussi sociaux et de genre.

maxresdefault

Emmené par ses parents lors de l’exil de 1948, Pierre Dulaine revient pour la première fois en Israël. Il compte à travers sa passion pour la danse, ouvrir l’esprit des enfants et les conduire à s’émanciper tout en apprenant à faire confiance aux autres. Au fil de la mise en place de son projet, il découvre que pour pouvoir danser ensemble, les enfants doivent dépasser bien des barrages à l’instar d’accepter qu’un garçon et qu’une fille puissent se prendre par la main et s’élancer en un même mouvement.

La réalisatrice épouse une logique chronologique quelque peu didactique, précisant au fur et à mesure quelques éléments informatifs nécessaires à notre compréhension. Pierre Dulaine entre en contact et travaille en effet avec des écoles juives et arabes mais aussi mixtes – les unes et les autres appréhendant différemment certaines réalités à l’instar du jour de l’indépendance israélien dénommé celui de la catastrophe par les palestiniens. Aux rencontres avec les professeurs, les enfants mais aussi les parents succèdent les cours de danse et la mise en place d’un concours lors duquel les familles des uns et des autres entrent en communion.

Un axe narratif que Hilla Medalia ponctue du portrait de plusieurs protagonistes. Outre Pierre Dulaine donc elle esquisse les retrouvailles avec un pays qu’il a du fuir enfant, la documentariste s’intéresse à la réalité de quelques enfants – et de leur famille. Elle propose ainsi une photographie plurielle et nuancée de Jaffa et de ses habitants – et par extenso d’Israël. S’il est regrettable de ressentir une mise en scène certaine notamment dans les confessions de Pierre Dulaine, la réalisatrice signe un film captivant en bien des points.

Dancing in Jaffa - affiche

DANCING IN JAFFA
♥(♥)
Réalisation : Hilla Medalia
Israël – 2013 – 84 min
Distribution : Le Parc Distribution
Documentaire

Festival du Film Juif de Bruxelles 2014

Dancing_in_Jaffa__2_ Dancing-in-Jaffa-pic-4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>