Critique : Visages Villages

On 15/06/2017 by Nicolas Gilson

Drôle et émouvant, joyeusement bricolé et savamment orchestré – mine de rien –, VISAGES VILLAGES est un film de rencontres : celle entre Agnès Varda et JR d’abord ; celles de leurs expressions artistiques et de leurs expériences ensuite ; comme celles entre eux, entre elles et avec les autres. VISAGES VILLAGES est aussi un film de regards : ceux que les deux artistes posent l’un sur l’autre et sur eux-mêmes ; ceux qu’ils portent sur le monde qui les entoure, son évolution et son devenir ; ceux, évolutifs, des gens qu’ils rencontrent. Mais VISAGES VILLAGES est aussi un délicat voyage, à travers et au-delà du temps ; une heureuse ballade au rythme d’une curiosité sans cesse renouvelée.

Le film commence sur l’accord de sa tonalité : son financement fut participatif et, en remerciant d’entrée de jeu chaque donateur, les réalisateurs nous demandent d’être nous aussi participatifs. Il s’agit d’être à l’écoute de l’échange afin de nous aussi tendre à la rencontre. L’humain s’impose. La légèreté apparente de l’approche et du propos aussi. Agnès et JR s’animent sur les accords de guitarre de Mathieu Chedid (dit -M-) avant de nous conter leur rencontre au fil d’une mise en scène à l’humour poétique.

Agnes_Varda_et_JR_devant_le_collage_des_ouvriers-Visages_villages_c_Agnes_Varda-JR-Cine-Tamaris-Social_Animals_2016_01

C’est de cette rencontre, mère d’une complicité que l’on verra bientôt naître à l’écran, qu’est né VISAGES VILLAGES. Une envie. Un dialogue. Un but aussi : le pouvoir de l’imagination. La démarche est mise en abyme au fil d’un dialogue tantôt spontané, tantôt écrit et gentiment artificiel. « Partir, t’es partante ? », suggère JR. Agnès et JR veulent imaginer ensemble, ils « imagent » donc à travers la France – entre performances photographiques et recherche documentaire (l’oeil-caméra, son regard), ils esquissent un portait humain, sensible et sincère.

En quelques mots, l’un et l’autre résument le travail de l’autre en évoquant ce qu’ils en savaient avant de se découvrir ou ce qu’ils en retenaient. Quelques fantômes émergent alors déjà derrière les lunettes noires de Jean-Luc Godard ; un accessoire qu’il quitta pour qu’Agnès Varda immortalise son regard – et autant dire qu’elle est bien décidée à ce que JR en fasse de même…

Jamais macabre, la danse dans laquelle se lancent Agnès Varda et JR fusionne en un même mouvement leurs questionnements et démarches artistiques. La rencontre est totale. Leurs personnalités sont palpables, les compagnons de route – et d’expression – parle d’eux – partent d’eux – pour mieux découvrir les autres. Malgré la brutalité de quelques réalités dont ils préfèrent voir la poésie ou l’histoire ton est léger. « Tu sais bien que j’ai mal aux escaliers « : à 88 ans, Agnès Varda a le sens de la formule lumineuse et éclairante, et nous convainc de croquer la vie à pleines dents..


Visages, Villages: Trailer HD st nl par cinebel

VISAGES VILLAGES
♥♥♥
Réalisation : Agnès Varda & JR
France – 2017 – 90 min
Distribution : Cinéart Documentaire

Cannes 2017 – Sélection Officielle – Hors-Compétition
Oeil d’Or du Meilleur Documentaire

Visages Villages 05 Visages Villages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>