Critique : Train to Busan

On 02/11/2016 by Nicolas Gilson

Premier film en prises de vues réelles de Yeon Sang-Ho, TRAIN TO BUSAN répond à son troisième long-métrage d’animation, SEOUL STATION. Mais n’ayez crainte, si vous ne l’avez pas vu, rien en vous empêhe de vous délecter devant ce film de genre délicieusement caricatural qui, derrière une trame narrative mettant en scène les passagers d’un train en prise avec des zombies, n’est pas moins évocateur de l’endormissement dont nous faisons preuve dans nos propres vies.

Tandis que l’état d’urgence est décrété en Corée du Sud suite à la contamination de Séoul par un inquiétant virus, les passagers du train KTX en direction de Busan doivent faire face à des morts-vivants et se livrer à une lutte sans merci afin de survivre.

Train to Busan

D’entrée de jeu, le réalisateur joue avec les codes du film de genre pour notre plus grand plaisir afin d’asseoir l’hypothèse-même du film de zombie. Après nous avoir confronté à une biche loin d’être charmante, il introduit son protagoniste, à dessein archétypal, avant de mettre en place une logique de huis clos. Embarquant dans le train reliant Seoul à Busan, nous découvrons une galerie de personnages dont la caractérisation flaire la série Z.

Métaphore grossière mais délectable de nos sociétés, le microsome appréhendé et mis à mal par Yeon Sang-Ho se dessine comme un bestiaire du genre humain, entre lâcheté et égocentrisme des uns, et l’héroïsme sacrificiel des autres. Si la finalité de l’action n’a que peu d’importance – après tout les personnages cherchent bêtement à sauver leur peau pour ne pas finir en pâtée à zombies – l’écho que confère la réalisateur à la narration est quant à lui éclairant jusque dans la caractérisation des mort-vivants dont l’aveuglement et l’agitation (digne de poules fraichement égorgées) est une critique limpide d’un aveuglement généralisé de la population sud-coréenne (et pas que).

Fort de son expérience du cinéma d’animation, Yeon Sang-Ho pense habilement son découpage tout en travaillant avec soin l’hypothèse sonore afin d’exacerber notre tension tout en ne cessant de nous surprendre. Il dirige avec brio une brochette de comédiens dont le ponctuel surjeu est impayable. Et bien que le film se morde quelque peu la queue dans sa résolution, nous en demendons encore !

Busanhaeng
TRAIN TO BUSAN
♥♥
Réalisation : Yeon Sang-Ho
Corée du Sud – 2016 – 118 min
Distribution : KFD
Horreur / Thriller

Cannes 2016 – Sélection Officielle Hors Compétition – Séance de Minuit
Film Fest Gent 2016 – Global Cinema

train to busan - critique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>