Critique : The Shallows

On 24/07/2016 by Nicolas Gilson

Après avoir dirigé Liam Neeson dans UNKNOW (2010), NON-STOP (2013) et NIGHT RUN (2015), Jaume Collet-Serra renoue avec l’horreur. Cependant THE SHALLOWS est à mille lieues de THE HOUSE OF WAX ou THE ORPHAN – c’est dire. Si la réalisation, tout en démonstration, flirte avec le ridicule, le scénario inénarrable d’Anthony Jaswinski – ou trop facilement critiquable – pose les limites d’un projet risible dès lors qu’il est considéré avec sérieux. Seule réjouissance, la présence de Sully Steven Seagall au générique.

Instinct de survie - The Shallows

Délaissant ses études de médecine, Nancy (Blake Lively) s’évade au Mexique. La jeune texane y retrouve l’île de la femme enceinte évoquée par sa mère dans son enfance et surfe en solitaire. Alors que les rares locaux présents quittent la plage, Nancy tient à profiter d’une dernière vague. C’est alors qu’elle se fait attaquer par un requin assoiffé de sang.

D’emblée le montage (scolaire) anticipe l’horreur et conditionne notre attente lors d’une séquence où un jeune enfant joue sur une plage et y trouve une caméra GoPro attachée à un casque fortement abimé. Tandis que le gamin cherche à en regarder le contenu, nous apercevons au loin une planche de surf croquée… Les images de la video – filmées de manière subjective – nous confrontent alors littéralement aux crocs d’un requin.

Le prélude fait place à un autre. Nous découvrons Nancy alors qu’elle se rend sur la plage. Pour un Survival Movie, le dialogue, aussi balourd soit-il, est alors important. Greffée à son smartphone, la jeune fille évoque sa maman et une série d’éléments pseudo-dramaturgiques qui seront répétés ensuite si jamais nous avions manqué la moindre information. Avant que la baignade ne devienne fatale, Nancy se retrouve en tout petit mini-mini-bikini avant de refermer son décolleté push-up dans une combinaison – du moins, un haut de combinaison, le scénario demandant que les jambes de l’actrice demeurent nues.

The Shallows - Insctinct de survie

A une prime mise en place efficace malgré son ridicule – le gamin qui prend peur – répond ainsi une lente exposition au cours de laquelle la musique tient un rôle-clé dans la mesure où elle engendre une légère tension. Malgré la tentative de Jaume Collet-Serra de mettre en scène avec singularité un appel téléphonique-vidéo entre Nancy, sa soeur et leur père, l’ennui est de taille. Autant dire que nous sommes désespérés de voir arriver l’horrible squale qui, rappelons-le, fait moins de mort que les selfies.

Tout le risible du scénario s’inscrit alors : du cadavre flottant d’une baleine à la plaie ouverte dont Nancy ne semble se rappeler que lorsqu’elle se tape la cuisse, le grotesque des éléments narratifs s’impose de manière effroyable. Mais alors que tous les éléments sont là pour en faire un formidable film de Série B, le premier degré auquel tend le réalisateur plombe l’ensemble au point que le film n’est pas même comique. Plus encore, il saccage sa propre approche en mettant notamment à mal une intelligente (ou moins bêtifiante) dynamique de hors-champs.

Nous sommes alors embarrassés pour Blake Lively qui, sublimée autant qu’objectualisée par Jaume Collet-Serra à coup de ralentis, se retrouve dindon de la farce. Essaye-t-elle de donner vie à Nancy avec gravité que c’en devient pathétique. Notons tout de même, entre les différents inserts publicitaires, l’interprétation brillante de Sully Steven Seagall, la mouette du film offrant à l’actrice la possibilité de déclamer quelques répliques autre que des râles.

THE SHALLOWS
Instinct de survie

Réalisation : Jaume Collet-Serra
USA – 2016 – 87 min
Distribution : Sony Pictures Belgium
Comédie ?

The_Shallows_Instinct_de_Survie_affiche_posterThe Shallows - Insctinct de survieThe Shallows - instinct de survie - critiqueThe Shallows - Insctinct de survie-critique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>