Critique : The Huntsman : Winter’s War

On 15/04/2016 by Nicolas Gilson

Qu’importe que vous ayez ou non vu SNOW WHITE AND THE HUNTSMAN : le nouveau volet des aventures réunissant « le chasseur » et Ravenna est un récit indépendant, une histoire qui prend place bien avant que le conte ne se referme. C’est le narrateur qui nous le dit ! Un sympathique – et très utile – intervenant qui permet d’assembler les pièces et d’expliquer ce qui est nécessaire à ne pas se sentir entièrement débile devant THE HUNTSMAN : WINTER’S WAR ; un ami qui nous accompagnera tant que la franchise sera rentable. Néanmoins, et malgré la présence à l’écran de Jessica Chastain et Emilie Blunt, il ne nous empêchera pas de penser que les seules scènes réussies – toutes pailletées d’or – semblent être réalisées pour la promotion d’une marque de crème glacée. Au secours !

the-huntsman-winters-war

L’histoire nous confronte à la maléfique Ravenna (Charlize Theron) et à sa soeur cadette Freya (Emily Blunt). Tandis que la première jouit de son pouvoir, l’autre découvre le sien et choisit l’exil. Anéantie par la perte de son bébé, cette Reine des neiges décide de mener la guerre contre tous les Royaumes, « adoptant » les enfants – seuls survivants – dont elle fait son armée. Parmi ceux-ci Sara (Jessica Chastain) et le chasseur (Chris Hemsworth), tomberont amoureux : des sentiments condamnés par Freya qui brisera leur amour… Les années passent. Le chasseur cherche à retrouver le miroir magique que Blanche-Neige a voulu mettre en sécurité. Les éléments sont alors en place pour que le récit démarre. Et n’oubliez pas, si vous êtes perdu, le narrateur est là.

Manichéen au possible, le scénario parvient à être tout à la fois cousu de fil blanc et extrêmement sinueux. En somme : il est sans logique et crétin. À vouloir moderniser l’hypothèse même du conte, les scénaristes ont oublié que, derrière son sexiste et son caractère moralisateur, ce genre littéraire se veut métaphorique et initiateur. À la place de quoi, deux ambassadrices de crème glacée au parfum différent se battent à coup d’effets spéciaux au coeur d’une jouxte entre le bien et le mal – une déclinaison en froid et chaud, argenté et doré…

Espérons que les interprètes se sont amusés sur le tournage et n’ont pas eu trop chaud sous les projecteurs éclairant les « greenkey » ou passé trop de temps au maquillage (quoique), ignorant alors que, malgré ses preuves en tant que supervisuers des effets spéciaux, Cédric Niclas-Troyan, dont c’est le premier long-métrage, allait proposer un film inégal dans son traitement : baclant la majorité des effets spéciaux sur lesquels reposent pourtant l’entièreté du film et en sublimant d’autres au point de donner l’impression de pauses publicitaires. Bref, ça pique aux yeux. Au-delà, la musique de James Newton Howard, présente d’un bout à l’autre du film afin d’assurer une pleine empathie, est garante d’un mal de tête. Mais soyons honnêtes : avec comme argument de vente « par le producteur de MALEFICENT », le film répond à toutes nos attentes.

THE HUNTSMAN : WINTER’S WAR

Réalisation : Cédric Niclas-Troyan
USA – 2016 – 114 min
Distribution : Sony Pictures Belgium

Aventure glacière

Huntsman Winter WarThe Huntsman Chastain TheronHuntsman The Huntsman winter's war ) Charlize Theron

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>