Critique : The Great Wall

On 17/01/2017 by Nicolas Gilson

Véritable purge, THE GREAT WALL est un objet mercantile inénarrable. Mariage improbable entre G.I. Joe et les Chevaliers du Zodiaque, le film pourtant signé Zhang Yimou fantasme d’obscures raisons à la création de la Grande Muraille de Chine afin de mettre en scène un récit d’aventures absurdes et débilisantes. D’une crétinerie crasse, le divertissement est impayable tout en nous faisons redouter le pire quant au devenir de la production sino-états-unienne.

The Great Wall

Mercenaire animé par l’appât du gain, William Garin (Matt Demon) espère trouver en Asie ce qui fera sa fortune. Avec comme compagnon de route autant que comme potentiel ennemi Pero Tovar (Pedro Pascal), il fait face à une étrange créature avant de se faire emprisonné par l’armée en état de siège au coeur de la Grande Muraille. Sur ces remparts, l’élite des factions armées chinoises est prête à mener une bataille contre… des dinosaures mutants. D’abord surpris, William (Matt Demon aussi expressif que Tom Cruise par jour de piqure de botox) prend part au combat au péril de sa vie.

Sans doute faut-il voir dans THE GREAT WALL un récit symbolique sur l’intérêt à la collaboration entre les cultures dont résultat toute véritable force, mais nous devons avouer que nous avons surtout vu un grand n’importe quoi dont le caractère platement financier est nauséabond. Malgré les six personnes créditées au scénario, le développement narratif du film est éprouvant tant tout est mauvais (disons même pourri), de la caractérisation des personnages au dialogues en passant par la motivations des combats – sans évoquer de la résolution.

Côté mise en scène, outre les effets spéciaux d’une médiocrité ahurrissante (mis à part peut-être la séquence du mur qui de subdivise en deux et se soulève, nous confrontant aux mimites de notre rationalité), le surjeu semble être de rigueur. L’expressivité manifeste de Matt Demon est-elle ridicule qu’il sort paradoxalement son épingle du jeu tant tout le casting est mauvais – jusqu’aux figurants bien trop rigides. Si les nuances du chinois nous échappent, les gestes semblent à ce point chorégraphiés que nous demeurons estomaqués. Mais cela tient presque du détail face aux scènes de combats qui rappellent au mieux le Cirque du Soleil. Tout est démonstratif au point de virer au ridicule. Au coeur de ce marasme où aucun élément ne parait salvateur, la musique se révèle assassine tant elle est irritante et sonne plus encore « à côté » dès lors qu’elle est censée être intradiégétique. Soulignons encore l’artificialité des costumes dont les couleurs criardes ont failli nous rendre aveugles.

the-great-wall-matt-damon-critique

THE GREAT WALL

Réalisation : Zhang Yimou
USA / Chine – 2017 – 104 min
Distribution : Sony Pictures Belgium
Aventure absurde et débilisante

The Great Wall la grande muraille the-great-wall-critique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>