Critique : Safari (Ulrich Seidl)

On 05/09/2016 by Nicolas Gilson

Après s’être immiscé dans la caves autrichiennes (IM KELLER, 2014), Ulrich Seidl nous emporte en Afrique, terrain de chasse et de jeu d’une poignée de touristes allemands et autrichiens. Nous confrontant littéralement à la réalité de la chasse d’espèces protégée profitable pour l’économie locale, il dresse avec SAFARI un nouveau portrait documentaire sans concession. Captivant.

Safari - critique - mostra

Un homme en tenue de chasse se détache d’un rideau d’arbres. Sur le devant d’une scène qui n’est autre que la nature, il souffre dans un cor de chasse, brigadier singulier permettant au réalisateur de frapper les trois coups de la représentation. Cette notion est d’emblée assise par la finesse et la frontalité de son cadrage au coeur duquel prennent place de manière sur-réalites ses protagonistes.

A ce théâtre, répond une réelle incursion dans le mouvement même de la chasse, lorsque le réalisateur, suivant le pisteur et les chasseurs, observe la traque, leur mise en place, leur concentration et leurs tirs. Le ton, nourri d’ironie, renvoie à celui développé notamment dans sa trilogie LOVE lorsque ces hommes et ses femmes se prennent en photo à côté de leurs trophées – la recherche de la composition du cadre, est-elle moquée par le réalisateur, qu’elle évoque son propre travail et nous invite à quelque distance.

Safari - Ulrich Seidl

Rythmé par plusieurs vagues de témoignages – toujours frontaux – des chasseurs (et uniquement d’eux), le montage met en place plusieurs mouvements comme autant de sujets qui se nourrissent (passion de la chasse, arme idéale ou animal convoité) tout en proposant une radiographie de personnalités qui ont une vision très singulière de l’Afrique et des Africains qui courent vite, quand ils le veulent.

Tandis que l’hypothèse même de la chasse est de plus en plus saisissante, le réalisateur envisage également ce qu’il y a derrière. Est-elle profitable à l’économie comme le souligne certains des « témoins » qu’Ulrich Seidl en montre les principaux maillons du dépecage des animaux et leur vente, de la préparation des peaux à la consommation des chairs. Portant le choix de ne donner la parole qu’aux touristes qui prennent un grand soin de bien ramasser les douilles de leurs balles (sans jamais préciser si c’est pour effacer leurs traces ou par goût de la collection), il pétrifie ponctuellement la réalité locale nous contraignant à y faire face.

SAFARI
Auf Safari
♥♥♥♥
Réalisation : Ulrich Seidl
Autriche – 2016 – 90 min
Distribution : /
Documentaire

Venise 2016 – Sélection Officielle Hors-Compétition

Auf Safari - Safari - seidlCritique - Safari - Auf Safari - Ulrich Seidl

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>