Critique : Porto

On 01/08/2017 by Nicolas Gilson

Tout à la fois vertigineux et abyssal, PORTO nous plonge dans le trouble que suscite l’amour. Mettant en scène un récit en trois axes et autant de mouvements, Gabe Klinger témoigne avant toute chose de son amour pour le cinéma. Un amour absolu qui se meut en une démonstration quasi onanique. Aussi époustouflante en soit la photographie, son premier long-métrage est d’une langueur monotone.

Tu seras comme moi, seule, et tu regretteras

Jake (Anton Yelchin) et Mati (Lucie Lucas) se sont croisés, une nuit, à Porto. Jake et Mati se sont aimé une nuit à Porto. Mais était-ce une seule nuit sou était-ce seulement de l’amour ? Une certitude, depuis Jake demeure dans une cité dont il devient un fantôme.

Porto03

Tout commence par un dialogue qui nous confronte bientôt à un couple allongé côté à côte, se faisant face. Nous en devinons la nudité comme l’épuisement de corps qui se sont donnés l’un à l’autre. Les mots sont absolus. La relation semble fusionnelle. Pourtant, derrière ce paradigme se cache une réalité trouble vécue différemment par les personnages dès lors qu’ils sont protagonistes.

Trois chapitres s’ouvrent alors. Le premier est intitulé Jake et nous fond au regard d’un homme fou d’amour. Le deuxième prend le prénom de l’objet de son amour, rendu sujet : Mati. Le troisième, enfin, brise les subjectivités premières et tend à une possible objectivité tout en posant une question essentielle : l’amour contient-il par essence la moindre rationalité ?

Fort de composer de réel tableaux, Gabe Klinger met en scène un scénario d’une rare vacuité. Un homme, une femme… nous voyageons au mieux à travers l’histoire du cinéma. L’objet – dans tous les sens du terme – est prétentieux. Une démonstration toutefois amoureuse : Gabe Klinger aime le cinéma. Il nous le crie à mesure qu’il compose de fugaces instantanés, des moments suspendus, et qu’il impressionne les états d’exaltation ou de délires de ses personnages. Il signe ce faisant un véritable remède contre l’amour.

PORTO
•/♥♥
Réalisation : Gabe Klinger
USA / Portugal / France – 2017 – 76 min
Distribution : Cinéart
Onanisme cinématographique / Romance dramatique

Porto02 poster-Porto_CINEART_def

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>