Critique : Office Christmas Party

On 07/12/2016 by Nicolas Gilson

Après un détour par la télévision, Josh Gordon et Will Speck retrouvent le grand écran avec « une comédie explosive »  dans laquelle il retrouvent Jennifer Aniston et Jason Betelan qu’ils avaient dirigé dans THE SWITCH. Notamment scénarisé par Dan Mazer (qui a notamment collaboré à BRUNO ou BRIDGET JONES BABY), OFFICE CHRISTMAS PARTY porte divinement bien son titre francophone tant il s’agit d’un « joyeux bordel ». Toutefois, son caractère potache se révèle bien tiède tant l’action tarde à décoller et s’enlise dans une dramaturgie sans intérêt. La tarte à la crème est toutefois – et heureusement – au rendez-vous.

Office Christmas Party

Démarrant pourtant au quart de tour, le film assoit d’entrée de jeu une satire de l’atmosphère merveilleuse de Noël et de ses intentions bienveillantes sur l’espace, de plus en plus normatif, du travail. Nous rencontrons ainsi Josh Parker (Jason Batelon) alors qu’il signe, enfin, son contrat de divorce au sein d’un bureau d’avocat dont le cadre permet aux réalisateurs de mettre en place leur logique satirique et caricaturale. Ce trait épais, auquel nous attendons, est rapidement assis lorsque, aux côtés de Josh, nous découvrons son propre espace de travail, dirigé par Clay Vanstone (T.J. Miller) et où circulent des personnages tous plus épiques les uns que les autres à l’instar d’une directrice des ressources humaines – très portée sur la réglementation et  le « vivre ensemble ».

Gentillet au point de paraît ronflant, le film ne prend quelque envol qu’à l’arrivée de Carol Vanstone (Jennifer Aniston), PDG par interim de la société, qui est décidée à ennuyer son frère à la veille des fêtes de fin d’année. Tout en demeurant un personnage tiers, elle permet à l’action de réellement trouver son cadre en interdisant à l’entreprise d’organiser toute célébration et en menaçant de geler les primes pourtant promises aux employés. Rapidement agacée par son cadet, elle lui impose même de démarcher un client en un temps record sans quoi elle fermera purement et simplement la branche qu’il dirige. La réaction de Clay est alors paradoxale : pour garantir ce démarchage, il décide d’organise la fête la plus explosive qui soit… Bref, OFFICE CHRISTMAS PARTY peut (enfin) démarrer. Addition de sketches de qualités et de factures diverses (le pseudo réalisme de certaines scènes virant cependant au ridicule tant l’ensemble est artificiel), le scénario connait quelques jolies envolées et offre à Jennifer Aniston la possibilité d’être détestable à souhait en nous conduisant (à dessein) au rire.

Avis aux spectateurs : Pour plus de divertissement, vous pouvez jouer au grand jeu du placement de produits !

OFFICE CHRISTMAS PARTY
Joyeux Bordel !

Réalisation : Josh Gordon & Will Speck
USA – 2016 – 109 min
Distribution : eOne
Comédie

Office Christmas Party posterJoyeux Bordel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>