Critique : Now You See Me 2

On 22/07/2016 by Nicolas Gilson

Purement commercial, tapageur et crétin, NOW YOU SEE ME 2 mise tout à la fois sur son casting et sur son changement de réalisateur (Jon M. Chu) pour faire mouche. Coproduit en Chine, le film s’y échappe afin d’augmenter son public. Une franchise en devenir qui donne franchement mal à la tête.

Alors que le FBI est toujours à leurs trousses, les « Quatre Chevaliers », qui comptent un nouveau visage, tentent un nouveau coup médiatique afin de dénoncer la malhonnêteté d’un fabriquant de smartphones. Piégés par le malfrat surdoué de l’informatique qui révèle leurs identités, ils sont contraints de travailler pour lui – mais demeurent animés par leur soif de justice.

JM4_7758.tif

Pas la peine d’avoir vu le premier volet de la série. En guise de mise en bouche, un flash-back épouvantable met en scène le petit Dylan à la disparition de son père – une évocation dont la balourdise est toutefois époustouflante tant tout est mauvais (jusqu’au brushing de Morgan Freeman). Serions-nous perdus que les pièces du puzzle s’assemblent sous nos yeux. N’ayons crainte. Afin de bien nous lobotomiser, chaque élément narratif jugé nécessaire est appuyé, expliqué voire carrément explicité. C’est ainsi que, dès le générique, Morgan Freeman – enfin Thaddeus Bradley – esquisse les grandes lignes d’une histoire qui peine à se mettre en place avant de s’inscrire en une succession de tableaux démonstratifs.

La prime partie du film tend à attirer notre attention sur le casting. Jesse Eisenberg, Dave Franco, Woody Harrelson et Mark Ruffalo (Dylan adulte) ouvrent le bal, bientôt rejoint par Lizzy Caplan – élue nouvelle quatrième chevalier en une réplique et, en un battement de paupières, au su du moindre détail nécessaire à leur organisation. Les scènes s’enchainent comme autant de clips musicaux esquissant une intrigue qui conduit bientôt à une autre – selon un principe de rebondissements creux et monstratifs.

JM4_9894.NEF

Pour pimenter la sauce, apparaît un vilain méchant en la personne de Walter Mabry (Daniel Radcliffe), fils illégitime du méchant vilain du premier volet, Arthur Tressler (Michael Caine), qui va contraindre les « chevaliers » à commettre un vol pour son compte. Le scénario jusqu’alors bancal part proprement en vrille si l’on tente de comprendre quelque élément que les bourreaux menés par Jon M. Chu n’ont pas dilué dans leur panade infecte. Mais bon, puisque derrière les « Quatre Chevaliers » il y a une organisation secrète, nous devrions comprendre que son fonctionnement doive demeurer mystérieux et nous contenter qu’on nous crache à la figure des tours de magie dont la réelle explication tient du montage (et des effets spéciaux).

Même dépourvus de toute réflexion (Dave Franco est au casting, nous sommes donc préparés), le mal de tête est garanti tant la réalisation privilégie une succession d’effets visuels, sonores et musicaux qui offrent au film, au mieux, un caractère cacophonique. La magie revêt-t-elle une place primordiale, que les artifices sont tels qu’elle ne s’opère pas… Mais le plus déplorable tient de la distribution – ou de son emploi bancal – tant aucun comédien n’a quoi que ce soit à défendre et semble in fine ne chercher qu’à remplir son compte en banque – en vidant le nôtre.

NOW YOU SEE ME 2
Insaisissable 2

Réalisation : Jon M. Chu
USA / Chine – 2016 – 125 min
Distribution : Belga Films
Tour de magie

now you see me 2_insaisissables_2_affiche_posterJM4_6565.NEFJM4_6356.NEF JM4_5030.NEF

One Response to “Critique : Now You See Me 2”

  • Heureusement que je ne l’ai pas vu en ta compagnie, tu aurais gâché mon plaisir de ce film commercial et divertissant. Certes, il est bien moins bien que le premier mais je ne l’ai pas trouvé aussi épouvantable que ça !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>