Critique : Marie-Francine

On 29/05/2017 by Nicolas Gilson

Pour Marie-Francine, il est l’heure de se réveiller. Et autant dire que c’est un réveil en douche froide. Larguée par son époux qui est amoureux d’une autre – bien plus jeune – et bientôt sans emploi, elle se retrouve contrainte de retourner vivre chez ses parents le temps que la situation s’améliore. A cinquante ans, ses parents faisant chambre à part, la chercheuse émérite hérite du canapé et… d’une boutique de cigarettes électroniques.

Marie-Francine-Valerie-Lemercier-

Exceptionnellement, Emmanuel (Denis Podalydès) vient chercher Marie-Francine (Valérie Lemercier) au travail. Guillerette, elle est surprise de voir le paradoxal empressement à partir de son mari alors qu’un petit « drink » a lieu. Il lui avoue, complice, aimer une autre. Son coeur saigne, la pluie s’abat. Emportée dans une tempête intérieure, Marie-Francine quitte celui qui n’a pas la courtoisie de la quitter dignement, se posant presque en victime. Elle a sa fierté. Malheureusement pour elle, les événements s’enchainent de manière catastrophique : elle perd son emploi, ne peut louer un appartement faute de garantie et, de fil en aiguille, se retrouve chez ses parents. Mère, épouse, chercheuse ou éternelle petite fille, Marie-Francine doit s’affirmer comme femme. À cinquante ans, elle est parachutée dans la vie et décide de se l’approprier.

Le terreau exploité par Valérie Lemercier est riche. Sous l’angle de l’humour, elle aborde de nombreux enjeux sociétaux sans jamais les réduire à de vulgaires prétextes. Flirtant avec la caricature, elle témoigne d’une grande finesse et d’un réel amour pour ses personnages. Elle les caractérise habilement (soulignant leurs tics et leurs tocs) et développent des situations au coeur desquelles elle confronte trois générations dont le rapport au monde est loin d’être semblable. Elle offre ainsi à Hélène Vincent et Philippe Laudenbach des rôles de vieux bourgeois trop amoureux de leur gendre, moque les jeux de castes (sociales) comme les nouvelles technologies et la course à la connectivité (de Tinder à l’immédiateté des textos et le drame de tout délai de réponse), et rend au hasard d’une rencontre sa poésie.

Si le film manque quelque fois de rythme, les aventures de Marie-Francine sont savoureuses tant Valérie Lemercier les nourrit de détails qui font mouche et deviennent, au-delà des situations rocambolesques, les garants de notre rire et de nos sourires.

marie-francine-valerie-lemercier


Marie-Francine: Trailer HD par cinebel

MARIE-FRANCINE
♥♥
Réalisation : Valérie Lemercier
France – 2017 – 90 min
Distribution : Athena Films
Comédie

marie_francine_afficheMarie-Francine - réveil

Larguée de son couple et de son boulot de chercheuse, Marie-Francine, à cinquante ans, va devoir retourner vivre chez ses parents. Les deux, faisant chambre à part, ne lui octroieront que le canapé-lit du salon mais, pensant bien faire, vont lui ouvrir une boutique de cigarettes électroniques dans le quartier. C’est pourtant dans cette petite boutique sans charme où elle vend des fausses cigarettes, qu’elle va, pour la première fois de sa vie, en fumer une vraie, et rencontrer un homme, un vrai, que jamais elle n’aurait pu croiser dans son autre vie. Miguel, chef dans le restaurant à côté, est lui aussi retourné vivre chez ses parents, mais dans leur loge de gardiens et sans oser le lui avouer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>