Critique : Mal de Pierres

On 13/10/2016 by Nicolas Gilson

Offrant à Marion Cotillard un rôle délicat d’équilibriste, Nicole Garcia nous conte au fil de MAL DE PIERRES une histoire d’amour vertigineuse. Derrière le classicisme de son approche, la réalisatrice transcende avec sensibilité l’émoi qui emporte son héroïne sur les rivages de la folie. Entre mal de vivre, désir amoureux et rêve d’épanouissement, nous épousons les transports d’une femme qui tente de prendre en main les rênes de son destin. Majestueux.

DIE FRAU IM MOND

Considéré comme folle par certains et bipolaire par d’autre, Gabrielle n’a que peu de goût pour la vie à laquelle pourtant elle s’accroche. Rongée par une dépression qui traduit son impossibilité à vivre pleinement les passions qui l’animent, elle vit de manière impulsive. Mariée à José grâce aux manigances de sa mère – à un moment donné il faut bien fonder un foyer, elle suit bientôt une cure pour soigner le « mal des pierres » qui la ronge. Isolée du monde, elle fait une rencontre qui l’éveille à elle-même…

L’ouverture du film nous confronte à un paradigme familial : Gabrielle fait route avec José et leur fils, s’appliquant à poser les gestes d’une mère de famille bourgeoise qui prend soin des ses hommes. Toutefois, cette image d’Épinal vacille soudainement lorsque Gabrielle s’aperçoit que leur voiture est arrêtée rue de Comines. Elle en sort, adjoint José de continuer leur route. Elle les rejoindra plus tard. Pour l’heure, elle a rendez-vous avec son passé. Ses vertiges nous emportent alors près de 20 ans en arrière, avant son mariage, et nous confrontent à un parcours mu par un désir partagé d’indépendance et d’amour absolu.

Le portrait qui prend place est troublant. La « folie » de Gabrielle, déviante aux yeux de certains ou entière comme la perçoit José, est exprimée admirablement par Marion Cotillard qui, dirigée par Nicole Garcia, se met littéralement à nu. Est-elle palpable tant elle se veut romanesque que l’écriture est d’une grande finesse. Sommes-nous confrontés aux transports de Gabrielle que nous subissons pareillement les regards d’opprobre qui se posent sur elle tout en étant soulagés de ressentir l’amour et le respect que lui porte José même si elle y demeure aveugle.

Marion Cotillard - Mal de Pierres

A ce premier mouvement, qui contredit la folie que certains crient, répond un épisode « déraisonnable » qui nous transporte autant que Gabrielle. Lâchant prise, elle veut vivre son rêve, enfin. Fondus à son ressenti, nous trouvons dans la présence de José une forme de passivité qui, puisqu’il est question de romanesque, nous transportera à son tour. Les évidences seront trompeuses, la révélation d’autant plus sublime qu’elle sera plurielle. Il nous suffit, à l’instar de Gabrielle, d’ouvrir notre coeur pour cesser d’être aveugles.

Au fil de rencontres amoureuses, en adaptant le roman « Mal di pietre » de Milena Agus, Nicole Garcia nous confronte à l’éveil d’une femme à la vie. Consumée par un désir d’exister que la raison morale tente d’étouffer, Gabrielle devra répondre aveuglement à ses pulsions afin d’apprendre à regarder avec justesse le monde qui l’entoure pour y trouver sa place. MAL DE PIERRES se révèle alors proprement fabuleux.

Filmant son héroïne avec beaucoup de sensualité, Nicole Gardia en sublime l’âme. Ancre-t-elle son approche dans le réel qu’elle s’en distancie pour exacerber le caractère romanesque de l’écriture qu’elle assume pleinement – avec plus ou moins de réussite, de l’emploi intelligent de la musique à une frontalité artificelle quelque peu gauche. Confiant à Christophe Beaucarne la photographie du film, elle lui confère une couleur plurielle et évolutive qui répond à l’évolution de Gabrielle. Enfin, elle s’impose une nouvelle fois comme une admirable directrice d’acteurs révélant (à nouveau) Marion Cotillard.

MAL DE PIERRES
♥♥(♥)
Réaliation : Nicole Garcia
France / Belgique – 2016 – 116 min
Distribution : Lumière
Drame

Cannes 2016 – Sélection Officielle en Compétition
FIFF 2016 – Regards du Présent

Mal de pierres - affiche

mal de pierres

Mal de Pierresmise en ligne initiale le 16/05/2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>