Critique : Ma Ma

On 08/08/2016 by Nicolas Gilson

Après avoir séduit les sélectionneurs cannois (TIERRA, 1996) et vénitiens (LOS AMANTES DEL CIRCULO POLAR, 1998), Julio Medem marque les esprits en 2001 avec LUCIA Y EL SEXO. Suivront les gauchement sulfureux CAOTICA ANA (2007) et HABITATION EN ROMA (2010). Aussi malgré la (sur)présence de Penelope Cruz au générique, la découverte de MA MA ne se fait pas sans appréhension. Un sentiment malheureusement judicieux tant le film est d’une grossièreté crasse. Tente-t-il d’insuffler une dynamique laissant penser à celle de « la movida » que Julio Medem paraît nous cracher à la figure une panade nauséabonde dont quelques ingrédients sont pourtant alléchants. S’il n’a pas peur du ridicule, il signe malgré lui un film risible (et agaçant).

Ma Ma Penelope Cruz

Se rendant chez son gynécologue afin de faire examiner une boule repérée à son sein droit, Magda (Penolope Cruz) se voit diagnostiquée une tumeur maligne à une stade avancé. Egalement cancérologue, son gynécologue lui programme une chimiothérapie dès le lendemain en vue de l’ablation du sein. Institutrice au chômage – Magda parle beaucoup –, la mère d’une prodige du football décide de taire la situation à ses proches. Après tout, son compagnon est en train de la quitter… C’est alors qu’elle rencontre un inconnu qui perd consécutivement sa fille et sa femme. Aux malheurs répondent l’amour, une certaine insouciance… et bientôt la sexualité (et la chanson aussi).

Ils m’ont rempli de sperme

L’ouverture du film, franchement esthétisante, nous confronte à une fillette blonde isolée dans un décor enneigé et glacial avant de nous placer devant Magda lorsqu’elle rend visite à son gynécologue. Craintive et pourtant sûre d’elle, elle témoigne d’une franchise vivifiante très utile au scénario dès lors que le personnage se raconte et met en place, par lui-même, tous les enjeux. Une prime séquence qui donne le ton et laisse bientôt présager le pire par un effet de montage « anticipatif » entremêlant le présent relatif à la séquence qui lui succèdera bientôt. Pense-t-il exacerber le ressenti de la protagoniste que ce faisant Julio Medem sombre dans la pure monstration. Pathétique.

La trame narrative se développe alors non sans balourdise avec un caractère foncièrement téléphoné tant tout est dit ou souligné. Bien que faisant de Magda une chômeuse contrainte à être traitée dans un hôpital public, Julio Medem s’émancipe de tout réalisme au oint que cet élément caractéristique ne fait jamais sens – et ce d’autant moins que Magda semble très largement subvenir à ses besoins (merci les décors et les costumes) avant de se lier avec un mec de toute manière blindé, ce qui efface – judicieusement autant que paradoxalement – tout enjeu sociétal. Magda doit-elle alors faire face à la maladie annoncée comme incurable que l’évolution tient de la diarrhée scénaristique.Ma Ma Julio Medem

Les enjeux se trouvent alors entre les lignes – ou plutôt dans le dialogue et quelques séquences à dessein irréaliste (et proprement risibles). Est-elle prête pour son chant du cygne que Magda trouve dans la sexualité, qui réunit les deux hommes de sa vie (son nouvel amant et son gynécologue), l’expression absolue d’elle-même. Julio Medem aborde la découverte et l’affirmation de soi à travers le sexe et le dépassement des tabous. Une thématique riche qu’il déploie avec une vulgarité platement esthétique mettant en scène le club échangiste le plus fantasmagorique qui soit. Même si le développement narratif nous laisse pantois, le réalisateur donne sens à la séquence d’ouverture – aussi suffisante soit-elle.

Fantasque ou ridicule selon que l’on adhère à l’approche flirtant avec le fantastique tant elle est abys-salement esthétique, MA MA a la prétention d’être un chant à la vie. Et pour bien ancrer le message, le gynécologue-cancérologue se meut ponctuellement en chanteur. Il aura le mérite de ne pas chanter faux.

MA MA

Réalisation : Julio Medem
Espagne – 2015 – 125 min
Distribution : Cinéart
Drame humoristique

Ma Ma afficheMa Ma Penelope Cruz Julio Medem

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>