Critique : L’Odyssée

On 11/10/2016 by Nicolas Gilson

Grande fresque autour de la figure du Commandant Cousteau, L’ODYSSEE s’attaque au mythe qu’incarne l’homme au bonnet rouge sous l’angle de la paternité. Signant un film qui se révèle être une ode à la nature, Jérôme Salle évite l’écueil du vulgaire biopic en choisissant un angle d’approche intéressant dès lors qu’il lui permet de nourrir son scénario d’ellipses. Malgré un caractère superficiel, le voyage auquel nous sommes conviés transcende la passion de l’explorateur en nous immergeant au coeur du sixième continent.

l'odyssee-critique

A l’aube des années 1950, Jacques-Yves Cousteau rêve d’aventure et rend vie à la Calypso. Plaçant ses fils en pension, l’inventeur du scaphandre autonome part avec son épouse Simone à la découverte des fonds marins. Vécue comme un abandon par son cadet Philippe, la passion de Cousteau sera une source de conflit avec son fils dont le rêve est bientôt d’être réalisateur.

Ouvrant le film par l’accident d’avion qui couta la vie à Philippe Cousteau, Jérôme Salle s’émancipe d’emblée d’une stricte reconstitution historique et opte pour une approche symbolique : à l’immersion de l’habitacle répond l’agitation d’un père hanté par ses souvenirs. La ligne narrative se construit alors dans la chronologie, nous entrainant dans la maison idyllique où l’homme fut complice de ses garçons avant de prendre le large une fois la Calypso remise en état.

Composant son film comme une succession de tableaux, le réalisateur enchaîne les épisodes d’une vie passionnante où ne cesse de s’entremêler les sphères privée et professionnelle. Le dialogue permet-il de condenser de nombreuses informations que Jérôme Salle n’hésite pas à mettre en scène des événements équivoques comme le mécénat d’une compagnie pétrolière. L’ensemble est efficace, trop sans doute car si la caractérisation des personnages est habiles nous en demeurons constamment à distance. Est-il exprimé que leur ressenti est insondable… Pourtant, c’est l’élément moteur de l’action, justifiant l’équilibre précaire d’un scénario tentant de mettre sur pied d’égalité un père et son fils.

Odyssee, Shipyard/ Calypso

Au fil du développement narratif – L’ODYSSEE s’impose inéluctablement comme un récit –, aussi paradoxal cela puisse-t-il paraître, les enjeux écologiques et économiques sont constamment relayés au second plan (tout comme le fils aîné du Commandant, Jean-Michel). Sont-ils esquissés et ponctuellement moteurs de l’intrigue que le film s’articule autour de la relation complexe qu’entretiennent Cousteau et son fils Philippe. Noyée sous une composition modulaire d’Alexandre Desplat, la grande aventure de Cousteau et de la Calypso propose toutefois d’envisager l’utopie d’un homme quelques fois opportuniste, d’une époque mais aussi d’une femme, aussi sèche que discrète, Simone Melchior, sans qui rien n’eut été possible.

Si nous nous remettons difficilement de l’accent marseillais collé sur la bouche de Vincent Heneine (incarnant le compagnon Bébert), nous sommes fascinés par celui franchouillard de Lambert Wilson qui parvient à nous faire oublier les traits de celui qu’il campe. Si le phrasé d’Audrey Tautou condense pour sa part la force de caractère de la première épouse de celui qui intégra les règles de l’entertainment, l’interprétation sensible de Pierre Niney permet de faire fit de l’artificialité de l’approche narrative.

Après tout, la volonté de Jérôme Salle ne semble pas être celle de faire corps avec ses protagonistes mais de partager leur fascination et leur passion : faisant de nous les spectateurs du grand spectacle que nous offrit Cousteau tout au long de sa vie, il nous émerveille lorsqu’il nous immerge sous l’eau à la découverte de requins ou de baleines en un ballet aquatique alors mis en scène avec génie.

L’ODYSSEE
♥(♥)
Réalisation : Jérôme Salle
France / Belgique – 2016 – 122 min
Distribution : O’Brother Distribution
Biopic / Drame

L'Odyssée - afficheOdyssee SD 05 Cape Sub Sea Odyssee, Beach with Philippe & Jan l-odyssee-critique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>