Critique : Le Grand Méchant Renard

On 20/06/2017 by Nicolas Gilson

Co-réalisateur de l’adaptation de ERNEST ET CELESTINE au cinéma, Benjamin Renner transpose avec LE GRAND MECHANT RENARD (ET AUTRES CONTES) son propre travail sur grand écran non sans la complicité de Patrick Imber.S’esquissant sous la forme d’une représentation théâtrale en trois parties, le film joue gentiment la carte de l’interaction avec le spectateur. Un divertissement familial qui ravira les plus jeunes et les grands enfants.

Le grand mechant renard - bébé à livrer © FOLIVARI : PANIQUE!: STUDIOCANAL : RTBF (Télévision belge) - OUFtivi : VOO : Be tv

Les mots « en scène » résonnent. Dans un capharnaüm certains les animaux se préparent à donner leur spectacle. Mais ils ne sont pas encore prêts. Le renard passe le rideau et tente de meubler l’attente supposée des spectateurs induisant un moment complice avec lui – et dès lors avec nous. Ils semblent pouvoir démarrer. Non, pas encore, ils ont perdu le bébé. Une pastèque ferait-elle l’affaire ? Oui ! Non ! Le bébé est retrouvé. Le premier conte peut prendre place : UN BEBE A LIVRER.

On n’est pas prêts. On n’est pas prêts. On n’est pas prêts.

Ici, pas de renard. La représentation bat son plein. Happé dans une frontalité certaine, un cochon agriculteur tente de repousser la proposition d’aide d’un canard et d’un lapin franchement idiots. Le trio boiteux – au sein duquel le canard surjoue à dessein – accepte bientôt de remplacer une cigogne (ou plutôt un) dans la livraison d’un bébé. Enfin accepter est un bien grand mot. L’aventure est rocambolesque, l’humour à plusieurs degrés. Il y a une once de Tex Avery tout en s’adressant aux très jeunes spectateurs. Les personnages ont vraiment des « gueules ». Un premier mouvement drôle et efficace.

LE Grand Mechant Renard © FOLIVARI : PANIQUE!: STUDIOCANAL : RTBF (Télévision belge) - OUFtivi : VOO : Be tv

Retour sur scène pour s’en échapper à nouveau, en direction à nouveau d’une ferme où l’on (re)découvre bientôt le renard qui offre son titre au film. Un renard qui, complice d’un loup habilement fainéant, aimerait bien faire peur à ses proies potentielles, mais n’y parvient pas. Comment imposer sa loi ? A défaut de savoir tuer une poule et afin de ne plus manger des navets, il décide de voler les oeufs qu’elle couve dans le but de manger, une fois dodus, les poussins. Pas de chance, ceux-ci nés, prennent le renard pour leur maman… Quoique l’axe le plus intéressant du film, la ligne narrative tend un peu trop à l’efficacité. Le renard est en représentation, il ne s’agit pas de partager son désarroi quant à son manque de reconnaissance en tant que prédateur… sauf quand il jouera à la dinette (car oui, en 2017, pour un renard mâle, jouer à la dinette semble être à la honte). Mais nous ne sommes pas à quelques stéréotypes de genres, si ? De toute manière, si ce n’est les poules, vous pouvez chercher les personnages féminins…

Le troisième mouvement – qui n’est pas le dernier si vous restez bien jusqu’à la fin du générique (qui contient une recette) – nous propose de retrouver le trio improbable formé du cochon, du canard et du lapin qui doivent à présent sauver Noël. La recette est la même que pour le premier épisode, la dynamique de représentation toutefois moins marquée. Une dynamique qui rythme néanmoins l’ensemble en lui conférant le liant nécessaire à faire du film une aventure en tant que telle sans enchaîner « bêtement » trois histoires sympathiques au demeurant.

le grand méchant renard - noël - théâtre © FOLIVARI : PANIQUE!: STUDIOCANAL : RTBF (Télévision belge) - OUFtivi : VOO : Be tv


Le Grand Méchant Renard et autres contes… par cinebel

LE GRAND MECHANT RENARD (et autres contes)
♥♥
Réalisation : Benjamin Renner & Patrick Imbert
France / Belgique – 2017 – 79 min
Distribution : Cinéart
Animation

le grand méchant renard et autres contes- affiche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>