Critique : La Región Salvaje

On 08/05/2017 by Nicolas Gilson

Absolument fascinant, LA REGION SALVAJE d’Amat Esclante nous confronte à « la part primitive de tous ». Flirtant avec le cinéma fantastique, rendant la nature aussi envoutante qu’inquiétante, le réalisateur mexicain excite nos sens en envisageant la sexualité comme réponse ultime à toute humanité – une sexualité en bien des points paradoxale dès lors qu’elle est à la fois l’origine du monde, l’accomplissement de certains et la mort des autres. Nous entrainant au coeur d’une expérience dont les contours demeurent à dessein troubles (et dès lors subjectifs), il met à mal les valeurs conservatives et l’hypocrisie d’un monde gangréné par le masculinisme, l’homophobie, le mensonge et la violence. Magnétique.

Le son et l’espace nous transportent avant même que quelque action ne prenne place. Hors du temps et de toute dimension, un météore nous hypnotise littéralement. Interrogatifs nous faisons face au trouble d’une jeune-fille, emportée au-delà d’elle même dans l’expiration d’un acte sexuel tandis qu’une tentacule semble abandonner son corps. Alors que nous percevons son désir comme inassouvi, nous comprenons le danger d’une addiction dont nous ne percevons que la nature. Ombre d’elle-même, meurtrie, la jeune fille s’éloigne du refuge qui semble être le coeur de sa perdition.

la_region_salvaje

Le récit dont nous sommes spectateurs tient-il du fantastique ou de l’onirique ? Le réalisateur joue avec nos attentes, nous confrontant à la sortie du songe d’une jeune femme qui pourrait être la première. Encore dans les bras de Morphée, elle est enlacée par son mari qui se décharge littéralement en elle, allumant un feu et érotisant un corps dont l’épuisement ne semble pas le concerner. Voudrait-elle trouver quelque jouissance que la banalité de son quotidien la happe dans sa tentative d’évasion, la place dans son rôle de mère et d’épouse.

Amat Escalante dessine alors une ligne narrative où s’esquisse irrémédiablement la rencontre entre les deux jeunes femmes. La première se prénomme Veronica (Simone Bucio). Elle se rend dans un centre médical pour soigner une blessure à l’abdomen (une morsure dont nous doutons inéluctablement de l’origine). Fabian (Eden Villavicencio), l’infirmier qui s’en occupe, se prend d’amitié pour elle tant elle semble perdue et témoigne, parallèlement, d’une franchise rafraichissante. Homosexuel, il a une liaison avec Angel (Jesus Mensa), le mari de sa soeur Alejandra (Ruth Ramos). La jeune fille dont nous sommes les témoins du réveil…

La-region-salvaje-critique

Le noeud dramatique est un terreau habilement travaillé, tiraillé, par Amat Escalante. Aussi proches soient-ils, Fabian et Alejandra sont séparés par un secret qui, révélé, anéantirait les fondations de sa cellule familiale. Mais pourrait-elle seulement s’en douter tant Angel est archétype de virilité ? Ne doit-elle pas d’ailleurs digérer les remarques homophobes tant de son mari que de son épouvantable belle-mère qui trouve dans la religion (très présente et christique d’un bout à l’autre) la condamnation ultime du comportement « fautif » de Fabian ? L’arrivée de Veronica sème alors le trouble conduisant successivement Fabian et Alejandra à tendre à quelque épanouissement personnel ; les confrontant au « basique » et dès lors à eux-mêmes.

Est-il hanté de zones d’ombre que le scénario (co-signé par Gibran Portela) est captivant. L’approche est en tout point époustouflante (la photographie éblouissante, le son organique, le montage déroutant, la musique ensorcellante et le casting prodigieux), permettant au réalisateur de proprement nous envouter (à l’instar de ses personnages). Nous sommes fondus à l’atmosphère inquiétante et suave d’un conte « amoral » qui questionne notre for intérieur. Où est le vrai ? Quelle serait notre propre finalité ? Quel est ce basique qui hante le film jusqu’à nous hypnotiser ?

La-región-salvaje-Escalante

LA REGION SALVAJE
♥♥♥♥
Réalisation : Amat Escalante
Mexique / Danemark / France / Allemagne / Norvège / Suisse – 2016 – 100 min
Distribution : Cinéart
Fable fantastique / Conte amoral

Venise 2016 – Compétition Officielle

LaRegionSalvaje_70x100b.indd

the_untamed_la_region_salvajela-region-salvaje-amat-escalantemise en ligne initiale le 6/09/2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>