Critique : Insyriated

On 11/10/2017 by Nicolas Gilson

En 2009, Philippe Van Leeuw endossait la casquette de réalisateur pour un film « témoignage » au fil duquel il nous plongeait dans la réalité du génocide rwandais en nous fondant au regard d’une victime : LE JOUR OU DIEU EST PARTI EN VOYAGE. C’est animé d’une même révolte qu’il s’intéresse au conflit syrien en épousant le point de vue des civils et en focalisant son attention – et dès lors la nôtre – sur une famille confinée dans un appartement. Le cinéaste porte le choix judicieux d’une unité de temps et de lieu afin de nous fondre au ressenti de personnages singuliers dont le théâtre est celui commun à toute guerre. Aussi captivant qu’étourdissant, INSYRIATED nous confronte à une réalité que l’on refuse trop souvent de regarder en face. Un huis-clos d’autant plus saisissant qu’il nous place face à nous-même.

Berlinale-2017-Insyriated-Philippe-Van-Leeuw

Fort de son expérience de chef opérateur, Philippe Van Leeuw insuffle d’entrée de jeu au film une dynamique singulière en nous faisant spectateur de la réalité dont il se veut être un témoin tout en nous invitant à épouser le regard de ses personnages. Il ouvre ainsi le film sur l’environnement extérieur à l’appartement afin de mettre en place le danger alentour. Alors que tout semble calme, des snippers s’en prennent aux civils. L’agitation fait place au néant. Depuis sa fenêtre, un homme est témoin de la scène. Comme nous – ou est-ce l’inverse – il fait face à une logique meurtrière et aveugle. Nous pénétrons son espace, nous nous fondons à son regard et épousons bientôt le souffle de l’espace où il vit confiné avec sa famille et une jeune couple qui s’apprête à fuir au Liban voisin. En un mouvement circulaire et vertigineux, Philippe Van Leeuw balaie cet espace de vie, contant déjà l’indicible.

Nous découvrons peu à peu les personnages au rythme d’une quotidienneté mise à mal qu’une mère de famille Oum Yazan (éblouissante Hiam Abbas) tente de maîtriser. Littéralement assiégée, la famille garde espoir de jours meilleurs tandis que le patriarche semble las. Trois générations circulent littéralement au coeur de l’appartement tandis que, de l’aube à l’aube, les rebondissements sont nombreux et font écho à des atrocités trop communes qu’il est pourtant nécessaire de révéler, de souligner, de dénoncer. Autant dire que le voyage fait mal, révolte aussi.

L’approche est magistrale tant le réalisateur parvient à nous rendre complices de chacun des personnages tout en nous immergeant inexorablement au coeurd d’un théâtre qui se replie sur eux comme sur nous. Si l’étouffement est palpable, Philippe Van Leeuw nourrit son film de nombreuses respirations qui deviennent gage de l’espoir auquel la protagoniste s’accroche coûte que coûte. Bluffant.

INSYRIATED

INSYRIATED
Une famille syrienne
♥♥♥♥
Réalisation : Philippe Van Leeuw
Belgique / Liban – 2017 – 86 min
Distribution : O’Brother
Drame

Berlinale 2017 – Sélection Officielle – Panorama

insyriated

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>