Critique : Guardians of the Galaxy Vol.2

On 25/04/2017 by Nicolas Gilson

Nous les avions découverts en 2014 lors de leur recontre, les Gardiens de la Galaxie sont enfin de retour… comme le ton savament kitsch qui fait de cette franchise un divertissement savoureux. Rythmées aux synthétiseurs des morceaux de musique de la K7 « Awesome Mix Vol. 2 » que la maman de Peter Quill lui avait composée, les aventures nous mènent aux confins du cosmos pour répondre à une question essentielle : quelle est notre véritable famille ? I am Groot.

null

En guise de prologue, nous voyageons dans le temps à la rencontre des parents de Peter Quill dans le Missouri en 1980. Au volant d’une sportive bleue, Ego, un homme à la chevelure chatoyante dont les montures de lunettes sont impayables. Rien à dire, le brushing de l’époque décoiffe et la nénette à ses côtés – en mode Charlie’s Angels – pourrait difficilement dire le contraire. Le caractère mielleux de la romance et le léger surjeu, déjà, nous subjuguent. Le ridicule est assumé pour notre plus grand plaisir… le tout sur fond de « Brandy (You’re a Fine Girl) » par Looking Glass. I am Groot !

I am Groot

Nous sommes alors emportés 34 ans plus tard, tandis que Star-Lord (le nom galactique un peu glam de Peter Quill), Gamora, Drax et Rocket sont aux prises avec un monstre mangeur de batteries et que Baby Groot balance la musique. Ainsi, c’est sur « Mr. Blue Sky » de Electric Light Orchestra que défile le générique à mesure que Groot danse et que ses comparses risquent leur vie… L’issue importe peu (comme s’ils n’allaient pas terrasser le monstre), il s’agit de redessiner les traits de caractère – bien trempé – des personnages qui viennent en aide des Souverains pour la récompense promise (notamment Nabula, la soeur maléfique de Gamora). I am Groot. Le scénario se veut habile permettant au réalisateur d’exacerber l’énergie qui lie la bande de mercenaires tout en esquissant les enjeux « génétiques » et relationnels dont il va être question. I am Groot. Les comparses sont bientôt sauvés par Ego qui se présente comme le père de Peter et veut renouer les liens avec son fils qu’il emmène en compagnie de Gamora et de Drax sur sa planète… nommée Ego. Baby Groot reste auprès de Rocket qui répare leur vaisseau et veille sur Nebula, leur prisonnière. I am Groot. Soulignons le sens de la réplique et éplinglons l’intelligence des scénaristes dans la conception et la caractérisation de tous les personnages.

null

Malgré leur nombre, le scénario tend à un réel équilibre entre ceux-ci si bien que l’évolution narrative s’inscrit sans heurt, riche de quelques parenthèses qui nourrissent son développement. I am Groot. Les enjeux peuvent paraître balourds, ils se révèlent pourtant essentiels. Alors que les Gardiens de la Galaxie sont caractérisés par leur égocentrisme – et une certaine bêtise – ils se révèlent avant toute chose naïfs et témoignent d’un réel amour qui fait d’eux une véritable famille. I am Groot. Nous anticipons certains retournements de situation pour les vivre avec plus d’étonnement ou de compassion.

Savoureuse dans sa tonalité distanciée – Chris Pratt, toujours objectualisé, est un dieu du surjeu – l’approche est époustouflante tant nous sommes plongés au coeur d’un univers entièrement artificiel dont nous sommes prêts à attester du réalisme. Bref, la mise en scène et les effets spéciaux sont à tomber. Faut-il encore souligner que Rocket, dont le poil se décoiffe au gré du vent, est plus vrai que nature ? I am Groot.

Souligné par la musique – une compilation dont le caractère quelque peu romantique trouve sa justifcation dans les thématiques relationnelles développées – la carcatère kitsch du film est l’élément essentiel à son équilibre. GUARDIANS OF THE GALAXY Vol.2 est ainsi à la fois un film d’action et de science-fiction et un pastiche du genre qui joue (voire jongle) avec les références jusqu’à intégrer Sylvester Stallone au casting, évoquer (cette fois encore) K 2000 (Knight Rider) et David Hasselhoff, et le faire chanter dans le générique de fin (à regarder jusqu’au bout). I am Groot. We are Groot.

GUARDIANS OF THE GALAXY Vol.2
Les Gardiens de la Galaxie vol.2
♥♥♥♥
Réalisation : James Gunn
USA – 2017 – 136 min
Disribution : Disney
Aventure / Comédie

les gardiens de la galaxie vol 2 affiche

Guardians-Of-The-Galaxy-Vol.-2-Chris-Pratt-Star-Lord

Guardians-Of-The-Galaxy-Vol.-2-baby-groot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>