Critique : Fritz Bauer, un héros allemand

On 18/04/2016 by Nicolas Gilson

Comme le suggère son titre, FRITZ BAUER, UN HEROS ALLEMAND met à l’honneur le Procureur Général qui a permis l’arrestation d’Adolf Eichmann et la tenue du procès qui s’en suivi. Prenant intelligemment une liberté par rapport aux faits historiques, Lars Kraume retrace la chronologie d’un combat judiciaire tout en s’intéressant avec une retenue magnanime à l’intimité d’un érudit qui a consacré sa vie à la justice. Une symphonie pathétique.

« Il ne faut jamais céder à la tyrannie »

En 1957, Fritz Bauer qui est Procureur Général du Land de Lesse est averti de la trace de l’officier nazi Adolf Eichmann en Argentine. Alerte face à la gangrène d’un système rongé par d’anciens dévots du national-socialisme, il est décidé à traduire devant les tribunaux l’ancien haut-fonctionnaire SS, responsable des « affaires juives et de l’évacuation ». Freiné par la hiérarchie et sujet à des menaces, il n’hésitera pas à contourner la légalité sur laquelle il s’appuie toutefois afin de mener à bien sa quête de justice.

Die Heimatlosen / Fritz Bauer (AT)

Ouvrant le film par un document d’archive télévisuelle où Fritz Bauer s’adresse très librement aux spectateurs, offrant une réflexion sur la culture et la fierté allemande, Lars Kraume nous invite ensuite à découvrir la personnalité de celui qui se révèle être procureur général tout en mettant rapidement en place une mécanique proche du thriller. Sauvé de la noyade par son chauffeur, Fritz Bauer est a priori trouble et bougon. À la fois craint et respecté, il dérange une certaine élite qui n’a sur lui aucune prise.

Persuadé que son propre bureau est infesté de traitres – quand ils ne trainent pas dans leur avancement, les dossiers disparaissent –, il trouvera en la personnalité du jeune procureur Karl Angermann (Ronald Zehrfeld) un allié. Se distanciant des faits historiques, le réalisateur trouve une porte d’entrée vers l’intimité du procureur général et questionne au-delà les réalités de l’homosexualité dans l’Allemagne (de l’Ouest) au crépuscule des années 1950. LE scénario se tissent alors à plusieurs voi-es-x, répondant à une logique de suspens afin de mettre le spectateur en alerte – nous emportant ponctuellement en Argentine ou nous confrontant aux manigances à l’encontre de Bauer – tout en développant une atmosphère plus intimiste où deux générations (celle de Bauer et d’Agermann) se rencontrent.

Fritz Bauer 3

Si l’enquête et les démarches tant judiciaires que politiques de Bauer sont en premières lignes, la thématique de l’homosexualité nous confronte à une questionnement sur l’épanouissement individuel et la notion de sacrifice dans la pluralité du terme. Un sacrifice qui conduira Bauer à, sa vie durant, nier sa propre intimité pour se dévouer à son travail. Un sacrifice qui passera au contraire pour Agermann par l’affirmation de soi. Loin d’être prétexte l’Histoire que le réalisateur met en lumière – si le procès Eichmann est célèbre, qui connait Bauer ? – permet par touches impressionnistes de révéler, de transcender un réalité dont le nom se tait.

La mise en scène est de plus classique au point de paraître ponctuellement affectée, notamment dans sa présentation pour le moins manichéenne des personnages « maléfiques ». Toutefois l’interprétation des deux principaux acteurs permet de dépasser l’artificialité pleinement assumée de la réalisation. La dynamique générale est des plus fluide, permettant de lier en un même mouvement l’ensemble des enjeux. Ressort facile de la composition, l’emploi de la musique est par moment fulgurant : alors qu’une tonalité jazz exacerbe la combat qui emporte au-delà d’eux-mêmes Bauer et Agermann, quelques citations font sens à l’instar de la « Symphonie Pathétique » de Tchaikovsky.

FRITZ BAUER, UN HEROS ALLEMAND
Der Staat gegen Fritz Bauer
♥/♥♥
Réalisation : Lars Kraume
Allemagne – 2015 – 105 min
Distribution : Cinéart
Drame

fritz_bauer_un_heros_allemand_afficheDie Heimatlosen / Fritz Bauer (AT) Fritz Bauer 4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>