Critique : Embrasse-moi

On 22/07/2017 by Nicolas Gilson

Comédie romantique assumée et jubilatoire, EMBRASSE-MOI fera date. Teinté d’une couleur pop savoureusement nineties (lorsqu’elle n’est pas carrément eighties), le film met en scène le persona d’Océanerosemarie, « La lesbienne invisible », à l’heure du coup de foudre, le vrai ; à l’heure de sa recontre avec « le grand amour de sa vie ». Si dans le marasme d’une production française qui peine à proposer un divertissement de qualité le film fait un bien fou tant il est habilement pensé et dirigé par ses scénaristes et réalisateurs, Océanerosemarie et Cyprien Vial, il place (enfin) une romance lesbienne au centre de l’action sans que l’homosexualité n’en soit l’enjeu. Take me on.

embrasse-moi-film

Ostéopathe, Océanerosemarie (herself) termine une relation toxique avec Fantine (Laure Calamy, merveilleuse), une pure psychopathe égocentrée qui a le défaut de paraître être la bru idéale. Proche autant que complice de ses nombreuses ex, elle pense croiser une biche au détour d’un bois. Oh, la biche. L’animal sauvage se révèle être une photographe d’une grâce et d’une souplesse enchanteresses : Cécile (Alice Pol). Oh, Cécile… Le monde s’arrête de tourner. Pour Océanerosemarie, c’est le coup de foudre. Et l’assurance, aussi, de perdre la sienne.

Avant que la romance ne prenne place, la comédie s’impose. Le ton s’impose d’entrée de jeu, à travers notamment un frontalité certaine. Les réalisateurs nous confrontent littéralement à leur héroïne dans la routine de son (épuisement) quotidien. Derrière des répliques à priori banales, déjà, le personnage trop tonique d’Océanerosemarie montre ses failles. Je cherche l’origine de la douleur qui ne se localise pas forcément où vous avez mal. Si elle savait… Son quotidien est donc celui d’une femme active au métier physique. A priori terrienne, Océanerosemarie se révèle à travers la complicité entretenue avec ceux qui forment un cercle d’amis savamment caricaturé – du meilleur ami gay au couple hétéro pour lequel une grossesse est synonyme de nouvelle vie sexuelle (toutefois rapidement moquée). Définie par ses excès – et notamment ceux évoqués de sa liste d’amoureuses devenues aujourd’hui ses amies – l’héroïne tombe fatalement amoureuse de son opposé(e) – une artiste hantée par les fantômes de son enfance.

embrasse-moi-ferroni-oceanerosemarie-fol

La dynamique du genre est mise en place et, savoureusement, développée sans vergogne (jusqu’aux incontournables séquences d’essayage et d’aéroport). Le trait est à dessein épais tout en trouvant un parfait équilibre qui permet au film d’aller au-delà de la caricature. La finalité de l’intrigue importe moins que les interactions qui moquent les clichés, soulignent le ridicule de l’homophobie comme du machisme, ou subliment la mixité. Le rythme est soutenu, l’orchestration pétillante – outre les tubes « Take on me » et « Pump Up the Jam » qui assoient la couleur du film, épinglons les compositions de Thibault Frisoni qui deviennent miroirs des états-d’âme des personnages.

La mise en scène joue la carte de l’artificialité. Océanerosemarie et Cyprien Vial proposent une représentation des amours d’aujourd’hui (et de demain) au sein de laquelle ils dirigent habilement des comédiens (et quel casting !) qui sont autant d’instruments accordés avec soin afin d’obtenir la gamme la plus variée possible. Une orchestration d’autant plus remarquable qu’elle témoigne d’une grande simplicité – celle voulue par le genre et offrant au film son caractère universel.


Embrasse-moi !: Trailer HD par cinebel

EMBRASSE-MOI
♥♥♥
Réalisation : Océanerosemarie & Cyprien Vial
France – 2017 – 90 min
Distribution : Distri7
Comédie romantique

Embrasse-moi Embrasse-moi affichemise en ligne initiale le 3/07/2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>