Critique : Captain Fantastic

On 11/10/2016 by Nicolas Gilson

Donnant vie à une utopie, Matt Ross nous contraint à envisager le monde dans lequel nous vivons sous un angle lumineux. Il nous immerge dans les forêts reculées du nord-ouest des USA à la rencontre d’un père et de ses six enfants qui bientôt vont découvrir la réalité d’un univers qui pourrait ou devrait être le leur. Servi d’une éblouissante photographie, CAPTAIN FANTASTIC est une ode sensible à la liberté – d’être et de penser.

CaptainFantastic_04
Isolé du monde, un père se consacre entièrement à l’éducation de ses six enfants. Décidé à faire d’eux des « adultes extraordinaires », il a créé avec sa femme un paradis où ils vivent en autarcie – ou presque – en équilibre au coeur de la nature. La disparition de la mère des enfants engendre un bouleversement et la famille découvre alors le monde extérieur.

Nous happant littérallement au coeur de son récit en nous confrontant au rituel imaginé par la père pour le passage à l’âge adulte de son aîné, Matt Ross transcende la réalité qu’il met en place. Conférant à l’espace-lieu une réelle identité, la réalisateur condense en quelques scènes la vie des personnages dont l’énergie nous est communiquée. L’utopie prend vie.

CaptainFantastic_03

Mais la naïveté première dont témoigna la père se retrouve confrontée au questionnement de ses enfants, inquiets par l’absence de leur mère et déterminés à la retrouver. La vitalité que le paternel leur a insufflé se retourne contre lui et conduit à leur départ. Matt Ross nous emporte alors dans un voyage troublant où les enfants découvrent le monde dont ils ont été sauvegardés à mesure qu’ils le pénètrent. L’éducation inculquée par le fantastique capitaine est alors remise en cause tant par ses enfants, interdits devant le délire du monde, que par la famille de son épouse – interdite devant l’idée même de cette éducation exceptionnelle.

Ayant érigé la marginalité en règle, la père doit – comme ses enfants – faire face à la normalisation du monde. Une question se pose : y sont-ils préparés ?

Nourrissant son propos par une dynamique esthétique proprement organique (outre la photographie sensationnelle de Stéphane Fontaine, épinglons la musique d’Alex Somers qui prend vie au coeur même du film), Matt Ross fait de nous un spectateur actif. Empli d’humour, CAPTAIN FANTASTIC nous fascine dès lors qu’il n’a de cesse de nous contraindre à penser nos propres utopies.

CAPTAIN FANTASTIC
♥♥(♥)
Réalisation : Matt Ross
USA – 2016 – 118 min
Distribution : Cinéart
Emancipation

Cannes 2016 – Un Certain Regard / Prix de la Mise en scène

Captain_Fantastic_Cineart_afficheCaptainFantastic_05CAPTAIN FANTASTIC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>