Critique : Bienvenue à Marly-Gomont

On 06/06/2016 by Nicolas Gilson

Mettant en scène l’histoire de Seyolo Zantoko, BIENVENUE A MARLY-GOMONT nous plonge au milieu des années 1970 alors qu’une famille africaine débarque dans un petit village du Nord de la France. Sous l’angle de la comédie, Julien Rambaldi nous confronte à la réalité vécue par le médecin fraichement diplômé alors qu’il accepte de reprendre le cabinet d’une commune isolée dont les habitants n’ont jamais vu un noir de leur vie. Notamment co-scénarisé par le chanteur Kamini (Zantoko), le film, qui évoque son père et son enfance, séduit par son sujet.

Marc Zinga - Bienvenue à Marly-Gomont

Lorsqu’il décroche son diplôme de médecine générale, Seyolo Zantoko refuse le piston qui ferait de lui le docteur personnel du Général Mobutu. Après ses études en France, il préfère saisir l’opportunité d’un vulgaire poste de médecin de campagne dans le but d’obtenir à terme la nationalité française et de permettre à sa famille de quitter un pays où règnent les inégalités. L’arrivée à Marly-Gomont (bien) au nord de Paris est une douche froide pour son épouse et ses enfants. Mais le médecin tente de garder leur confiance tout en gagnant celle des villageois.

Après une scène furtive où un homme regarde, non sans sentimentalisme, le diplôme encadré de Seyolo Zantoko, l’action prend place lorsque le diplôme célèbre sa réussite. Alors que ses condisciples le voient repartir au Zaïre, lui rêve de rester en France. Quelques échanges téléphoniques et une rencontre avec le maire de Marly-Gomont esquissent les enjeux tout en donnant le ton. Le sujet est sérieux, l’approche est à dessein divertissante quitte à paraître superficielle et démonstrative. Julien Rambaldi nous confronte à une évocation dont le caractère artificiel permet une distanciation – riche manière de faire prendre conscience à certains de la réalité du racisme, aussi stupide soi(en)t-il(s).

Bienvenue à Marly-Gomont - messe de minuit
L’arrivée de la famille Zantoko à Marly-Gomont ancre le cadre. L’évocation sera surannée et légèrement excessive pour accentuer le ressenti de la famille Zantoko – faisant alors écho au ressenti qu’ont du partager l’ensemble des familles africaines voire « étrangères ». Esquissant dans un premier temps tant le quotidien des enfants que des parents, victime pluriellement du racisme ambiant, le film nous confronte également à celui-ci alors révélateur de l’ignorance de ceux que l’on n’a jamais invité à regarder plus loin que le bout de leur nez. Toujours à distance des personnages, l’écriture additionne une série de séquences-clés, comme autant d’anecdotes nourries de contrastes culturels, qui, toujours, partent de l’intime pour tendre à l’universalité du propos.

La relation entre le médecin et son épouse (quelque fois d’une justesse explosive) devient le fil conducteur du récit tandis que sa réussite (ou non) à se faire accepter par les villageois est, malgré son importance, au second plan. Le trait est épais, l’ensemble plutôt grossier, mais l’acuité à se moquer de certaines situations est richissime. Si un bémol est à adresser au caractère caricatural des stratégies politiques – mais derrière chaque cliché, se cachent des vérités – les personnages sont dans leur ensemble pensés avec soin. Et si quelques scènes de groupe sont franchement trop artificielles, l’ensemble du casting est exaltant. Aussi distanciée soit la mise en scène, Marc Zinga interprète brillamment le personnage de Seyolo Zantoko tandis que, dans le rôle de son épouse, Aïssa Maïga est troublante. On notera les joyeuses participations de Stéphane Bissot, Ingrid Heiderscheidt, Jean-Benoît Ugeux ou encore Vincent Lecuyer – pour ne citer qu’eux car tous les « petits » rôles, souvent ingrats, dépassent largement la simple caricature.

BIENVENUE A MARLY-GOMONT

Réalisation : Julien Rambaldi
France / Belgique – 2016 – 96 min
Distribution : Scope Pictures
Comédie dramatiquebienvenue_a_marly_gomont_affiche_posterbienvenue-a-marly-gomont-Rufus-Marc-ZingaBienvenue à Marly-Gomont_Marc Zinga

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>