Critique : Arrival

On 05/12/2016 by Nicolas Gilson

Emporté par l’interprétation admirable d’Amy Adams, ARRIVAL s’impose comme un film de science-fiction singulier où le temps suspend son cours et devient étonnamment l’enjeu premier d’un récit confrontant notre conception de la réalité à ce que nous considérons comme des extra-terrestres. Orchestré avec panache par Denis Villeneuve, le film se révèle d’autant plus intriguant qu’il se termine là où il commence, à moins qu’il ne s’agisse de l’inverse. Un voyage proprement « sensationnel » à travers l’espace et le temps.

Arrival premier contact critique

Au fil des ans, Denis Villeneuve s’est imposé comme un grand imagier, endossant sans complexe le rôle d’un réalisateur qui met en image et en son des productions où se rencontrent une réelle dynamique auteuriste et une logique de divertissement. A ses scénarios originaux (UN 32 AOUT SUR LA TERRE, MAELSTRÖM) répondent des collaborations et des adaptations (POLYTECHNIQUE, INCENDIES) avant que le réalisateur québécois ne deviennent le « visionnaire » de projets originaux ou d’adaptations écrits par des tiers (PRISONERS, ENEMY, SICARIO). Répondant à cette dernière catégorie, ARRIVAL nous surprend par la liberté dont semble jouir le cinéaste au coeur d’un système pour le moins normatif tant il propose un film grand public qui s’émancipe des codes ou s’en moque finement. Aussi ténu soit le message et les enjeux auxquels tend ou peut prétendre tendre le film, le réalisateur nous éblouit par la grâce de sa mise en scène.

Nous fondant d’entrée de jeu au ressenti de son héroïne, Denis Villeneuve paraît composer avec l’hypothèse commune du flash-back en mettant en scène la linguiste Louise Banks (Amy Adams) à travers l’évocation de sa relation à sa fille. Les images se succèdent comme autant de paradigmes bientôt mis à mal par l’hypothèse, cruelle, de la maladie. En un même mouvement, la vie et la mort se répondent et s’unissent ; le rêve se meut en cauchemar. Et c’est impressionnés par les mots que la protagoniste semble nous adresser que nous la découvrons alors que son quotidien, comme celui de tous les habitants de la Terre, bascule. Plusieurs vaisseaux spatiaux d’origine inconnue sont en effet dénombrés sur tout le pourtour de la planète. Louise Banks est alors rapidement approchée par le gouvernement américain qui lui donne la mission de déchiffrer le langage de ces êtres non identifiés et de découvrir leurs intentions.

Arrival Critique

Se pliant dans un premier temps à une logique qui la dépasse, la linguiste parvient à imposer les règles d’un jeu dont elle tente de comprendre la mesure. Au fil de ses échanges avec le représentants Aliens, tandis que les hommes paraissent incapables de communiquer entre eux, Louise établit un dialogue empli d’une vertigineuse humanité. Un dialogue qui se révèle être la clé de voute de notre propre existence…

Construit en miroir, le scénario offre au temps une multitude de réalités jusqu’à mette en question la perception que nous pouvons en avoir. Un élément que travaille avec génie Denis Villeneuve au travers de sa mise en scène offrant à l’évocation un statut neuf jusqu’à nous emporter dans des vertiges où s’entremêlent les prémonitions et les souvenirs, les rêves et la réalité ; le passé, le présent et le futur. Un voyage un moment objectivé par le personnage secondaire de Ian Donnelly (Jeremy Renner), le scientifique avec qui la linguiste doit faire équipe, et qui épouse in fine le trouble de la protagoniste.

Si la majestuosité de la photographie se veut fascinante tant certaines compositions de plan tiennent du sublime, ARRIVAL nous subjugue aussi – et peut-être surtout – par un travail étourdissant sur le son comme sur la musique : ancrant une réelle communion avec Louise Brooks, l’hypothèse sonore nous transporte littéralement au-delà de ce nous percevons pourtant bel et bien comme une fiction.

ARRIVAL
Premier Contact
♥♥
Réalisation : Denis Villeneuve
USA – 2016 – 116 min
Distribution : Sony Pictures Belgium
Science-Fiction

Arrival - poster

arrival-critique-adams-renner

Venise 2016 – Sélection Officielle en Compétition

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>