Critique : Connasse, Princesse des coeurs

On 04/05/2015 by Nicolas Gilson

Adaptation ciné des capsules diffusées sur Canal +, CONNASSE, PRINCESSE DES COEURS en délectera les fans. Encadré narrativement, le film entièrement tourné en caméra cachée ne cesse de butter sur les limites de son procédé. Toutefois le nanar fonctionne.

Depuis toujours, Camilla prétend à un avenir prestigieux. Hautaine et dédaigneuse, elle se comporte en pure connasse. Ce n’est pas qu’elle insulte ou manque de respect aux gens, elle ne les voit que s’ils présentent quelque intérêt. Mais vivre sans gêne n’est pas pour autant un plaisir. Pour tendre au niveau de vie qui lui est nécessaire, elle doit se trouver une situation – parce que travailler, c’est pas possible. D’une possibilité à l’autre, pourquoi n’épouserait-elle pas un Prince ?

Connasse

Répondant en tout point au programme défini par son pitch – et au-delà par sa bande-annonce – le film fonctionne sans pour autant pouvoir prétendre être l’objet que l’on présuppose puisqu’il n’a de cinématographiques que son budget et la salle de projection. D’entrée de jeu le recours à une voix-over permet d’inscrire le récit et de rendre lisible l’action et les maigres enjeux à force de commentaires.  L’évocation se nourrit elle-même d’évocation entre flash-back et projections qui semblent être autant d’illustrations de la platitude du scénario – de l’esquisse de l’enfance de la protagoniste à son départ pour Londres sans oublier la tentative de s’en sortir avant la chute. Notons tout de même que, bien que maigre, l’adaptation fonctionne d’un point de vue narratif et ce même si l’écriture ne cesse de se ressentir.

Reposant sur les situations hallucinantes où excelle Camille Cottin dans le rôle d’une connasse suprême, l’approche se confronte assez rapidement à ses propres limites (il faut dès lors louer l’acuité du montage). Au-delà le doublage de certaines séquences afin de forcer le scénario est franchement apparent : si cela témoigne de l’honnêteté des réalisatrices, c’est avant tout l’aveux de la faiblesse du procédé – où de la facilité à s’en accommoder. 

En se laissant prendre au jeu, le jusqu’auboutisme du personnage – la raison pour laquelle nous nous déplaçons – se révèle delectable. Et bien que le rythme du film soit assez bancal – tant ne fonctionne vraiment que l’énergie des situations « de piège » – la fin se révèle irrésistible.

Connasse princesse des coeurs - afficheCONNASSE, PRINCESSE DES COEURS

Réalisation : Eloïse Lang & Noémie Saglio
France – 2015 – 80 min
Distribution : Victory Production
Comédie

connasse-princesse-des-coeurs-camille-cottin connasse2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>