Cinematek : Jacques Rivette

On 07/06/2016 by Nicolas Gilson

Du 8/06 au 28/08/2016, la Cinematek de Bruxelles consacre un cycle au cinéaste Jacques Rivette disparu en janvier dernier à l’âge de 87 ans, l’une des figures majeures de la Nouvelle Vague française. Cette rétrospective intégrale (!) comprendra notamment ses trois premiers court-métrages tournés au début des années 1950 restés confidentiels durant 65 ans.

Jacques Rivette

Né à Rouen en 1928, Jacques Rivette a développé au travers d’une vingtaine de films un style très libre et très personnel, basé en grande partie sur l’affranchissement des contraintes scénaristiques et le goût pour l’improvisation. Passionné très tôt par le cinéma, il anime adolescent un ciné-club dans sa ville natale avant de réaliser son premier court-métrage, AUX QUATRE COINS (1949, à l’âge de 21 ans. Lorsqu’il déménage ensuite à Paris pour étudier à la Sorbonne, fréquente assidûment le ciné-club du Quartier latin, où il rencontre Eric Rohmer. Critique et essayiste, il rejoindra les Cahiers du Cinéma, dont il deviendra plus tard le rédacteur en chef. En 1956, il réalise LE COUP DU BERGER, qui, pour beaucoup, marque les vrais débuts de la Nouvelle Vague. Dès son premier long-métrage, PARIS NOUS APPARTIENT (1960), on retrouve déjà de nombreuses composantes de son œuvre à venir : le complot, la nonchalance de l’intrigue, la déambulation ou encore le jeu de piste initiatique.

En 1966, il adapte « La Religieuse » de Diderot, réquisitoire contre les couvents-prisons du 18ème Siècle, à travers multiples détournements du sacré et jeux sensuels. Le film est censuré, mais après un vaste mouvement de soutien, il sort finalement l’année suivante. En 1969, Rivette réalise un premier film-fleuve, L’AMOUR FOU, autour d’un couple en crise formé d’un metteur en scène de théâtre et de sa comédienne. Passionné de théâtre, Rivette place l’art dramatique au cœur de plusieurs autres films : L’AMOUR PAR TERRE (1983), LA BANDE DES QUATRE (1988) ou VA SAVOIR (2001). En 1970, il entreprend ce qui reste sans doute comme son projet le plus ambitieux, OUT 1 : NOLI ME TANGERE*, œuvre immense de plus de douze heures dans laquelle deux troupes de théâtre répètent une pièce d’Eschyle, alors que semble se tramer un sombre complot. Ne trouvant pas de distributeur, il décide d’en faire une version plus courte intitulée OUT 1 : SPECTRE (1974).


Extrait – LA BANDE DES QUATRE (1988)

L’imposante filmographie de Rivette est marquée par une grande fidélité à ses actrices, de Bulle Ogier à Geraldine Chaplin en passant par Jane Birkin, et par la volonté patiente de les observer plutôt que de les diriger. Autre constante dans son œuvre, l’oscillation entre réalité, fantasmagorie et mondes parallèles : CELINE ET JULIE VONT EN BATEAU (1974), DUELLE (1976), film psychédélique dans lequel deux déesses s’affrontent sur Terre dans la quête d’un précieux talisman, ou encore HISTOIRE DE MARIE ET JULIEN (2003), autour d’un horloger cherchant à renouer avec un ancien amour, devenue fantôme après son suicide. Autant de films déroutants pour le grand public, qui ne rencontrent qu’un succès mitigé. Toutefois, en 1991, Rivette renoue avec le succès grâce à A BELLE NOISEUSE (1991), une adaptation très libre de « Le Chef-d’œuvre inconnu » de Balzac pour laquelle il se voit décerner le Grand Prix du jury au festival de Cannes. Suivront encore une ambitieuse évocation – en deux parties – de la vie de la Pucelle d’Orléans, puis une nouvelle adaptation de Balzac avec Jeanne Balibar et Guillaume Depardieu (NE TOUCHEZ PAS LA HACHE, 2007), et, finalement, son dernier film, 36 VUES DU PIC SAINT-LOUP (2009), qui nous invite dans les coulisses d’un petit cirque de village.

Programme détaillé :

  • 08/06 – 20h30 – L’AMOUR PAR TERRE (1983 – 176 min)
  • 09/06 – 19h30 – Autour de Jacques Rivette : Conférence
  • 09/06 – 20h30 – DIVERTIMENTO (1991 – 129 min)
  • 11/06 – 19h30 – PARIS NOUS APPARTIENT (1960 – 141 min)
  • 17/06 – 19h30 – LA RELIGIEUSE (1966 – 139 min)
  • 20/06 – 19h00 – JACQUES RIVETTE, LE VEILLEUR (Claire Denis & Serge Daney – 1989 – 130 min)
  • 22/06 – 18h00 – L’AMOUR FOU (1968 – 253 min)
  • 26/06 – 19h30 – OUT 1 : SPECTRE (1974 – 253 min)
  • 30/06 – 19h30 – CELINE ET JULIE VONT EN BATEAU (1974 – 193 min)
  • 03/07 – 17h30 – DUELLE (1976 – 124 min)
  • 04/07 – 20h30 – NOROIT (1976/1977 – 135 min)
  • 07/07 – 19h30 – LE PONT DU NORD (1980 – 128 min)
  • 08/07 – 21h00 – JACQUES RIVETTE, LE VEILLEUR (Claire Denis & Serge Daney – 1989 – 130 min)
  • 12/07 – 18h00 – MERRY-GO-ROUND (1979 – 160 min)
  • 14/07 – 19h45 – Court-métrages (AUX QUATRE COINS 1949 + LA QUADRILLE 1950 + LE DIVERTISSEMENT 1952)
  • 19/07 – 20h30 – LA BANDE DES QUATRE (1988 – 161 min)
  • 20/07 – 19h00 - JACQUES RIVETTE, LE VEILLEUR (Claire Denis & Serge Daney – 1989 – 130 min)
  • 23/07 – 19h30 – LA BELLE NOISEUSE (1991 – 234 min)
  • 28/07 – 19h30 – HURLEVENT (1985 – 130 min)
  • 01/08 – 20h30 – JEANNE LA PUCELLE – LES BATAILLES (1993 – 335 min)
  • 03/08 – 20h30 – JEANNE LA PUCELLE – LES PRISONS (1993 – 335 min)
  • 04/08 – 19h30 – Court-métrages (AUX QUATRE COINS 1949 + LA QUADRILLE 1950 + LE DIVERTISSEMENT 1952)
  • 10/08 – 20h30 – HAUT BAS FRAGILE (1994 – 169 min)
  • 14/08 – 19h30 – SECRET DEFENSE (1997 – 173 min)
  • 17/08 – 20h30 – VA SAVOIR (2001 – 153 min) + LE COUP DU BERGER (1959 – 28 min)
  • 20/08 – 17h30 – HISTOIRE DE MARIE ET JULIEN (2003 – 150 min)
  •  25/08 – 19h45 – NE TOUCHEZ PAS A LA HACHE (2007 – 137 min)
  • 28/08 – 19h30 – 36 VUES DU PIC SAINT-LOUP (2009 – 84 min)

Celine et Julie dans le même bateau - Jacques Rivette © Les films du LosangeInformations pratiques : www.cinematek.be

*Cette version, projetée à Cinematek en novembre dernier, ne fera pas partie de la rétrospective

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>