Les Césars 2010 : Zoom sur le Palmarès

On 28/02/2010 by Nicolas Gilson

UN PROPHETE de Jacques Audiard est sans surprise le grand vainqueur de la 35ème Cérémonie des Césars qui célébrait hier le cinéma français. Le film a été récompensé par neuf Césars parmi lesquels les plus prestigieux – meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur acteur. Le prix de la meilleure interprétation féminine revient pour la cinquième fois (!) à Isabelle Adjani. Retour sur la palmarès d’une cérémonie bien sérieuse malgré la présentation signée Valérie Lemercier et Gad Almaleh – après tout c’est Gérard Depardieu qui le dit.

D’emblée UN PROPHETE, le film comptant cette année le plus de nominations (13), a été mis à l’honneur, le premier prix décerné lors de cette soirée revenant à son acteur principal, Tahar Rahim, récompensé en tant que meilleur espoir masculin. Lorsqu’il rejoint Laura Smet sur la scène du Théâtre du Chatelet, il ne se doute pas qu’il sera appelé en fin de Cérémonie à recevoir un second César, celui de meilleur acteur. Un paradoxal doublé constituant une première dans l’histoire des Césars. Notons qu’en 2004 Julie Depardieu obtint pour son interprétation dans LA PETITE LILI de Claude Miller à la fois le César de meilleur espoir et celui de meilleur second rôle … Soit. UN PROPHETE remporte donc 9 compressions. En plus du doublé historique, le film a été récompensé pour le meilleur second rôle masculin (Niels Arestrup, qui obtint déjà ce prix pour son rôle dans DE BATTRE MON COEUR S’EST ARRETE), le meilleur montage (Juliette Welfling, son 4ème César), le meilleur scénario original, la meilleure photographie (Stéphane Fontaine déjà récompensé pour DE BATTRE …), le meilleur décor (Michel Barthelémy) et un autre doublé attendu celui de meilleur film et meilleur réalisateur pour Jacques Audiard.

Le réalisateur dont le film avait reçu un accueil magistral à Cannes, remportant le Grand Prix du Jury et recevant la préférence de nombreux critiques, a déjà reçu de nombreux Césars. Son précédent film, DE BATTRE MON COEUR S’EST ARRETE, était reparti avec huit récompenses … Son écriture singulière, sa maîtrise cinématographique et la justesse de sa direction d’acteur font de lui l’un des plus grand réalisateur français de sa génération.

Les deux autres favoris de la soirée, A L’ORIGINE de Xavier Giannoli et WELCOME de Philippe Lioret, n’ont décroché qu’une compression. Emmanuelle Devos a été préférée à Audrey Dana comme meilleure actrice dans un second rôle – quel soulagement de voir alors Anne Consigny garder son siège.

LE CONCERT de Radu Mahaileanu recevra deux récompenses ; celle du meilleur son et de la meilleure musique originale. Au DERNIER POUR LA ROUTE de Philippe Godeau a été préféré comme meilleur premier film LES BEAUX GOSSES de Riad Sattouf. Mais Godeau ne « rentre pas bredouille » pour autant. L’improbable Mélanie Thierry a reçu pour son rôle dans ce film le César du meilleur espoir féminin …

MADEMOISELLE CHAMBON n’aura pas été césarisé pour les interprétations d’Aure Atika ni de Sandrine Kinberlain, mais cette dernière remettra aux scénaristes du film la récompense du meilleur scénario d’adaptation. Toutefois, malgré l’émotion qui habite l’actrice alors qu’elle remet le prix, la moue dont elle actera lorsque Isabelle Adjani s’essayera à faire un discours risque de marquer les mémoires. Une moue pourtant bien compréhensible face au caractère quelque peu pathétique de l’intervention de celle qui bat tous les records.

Isabelle Adjani a donc été préférée à Dominique Blanc, pourtant exceptionnelle dans L’AUTRE, Sandrine Kinberlain, Kristin Scott Thomas ou encore Audrey Tautou comme meilleure actrice. Qu’elle fusse réellement émue ou non, qu’importe. Certes son discours n’était pas clair mais son retour au cinéma pour le rôle le plus modeste de sa carrière dans un petit film qui a failli ne pas être – n’étant d’ailleurs pas destiné à sortir en salles – résonne comme le rôle de tous ses engagements. Celle qui préféra les mots de Salman Rushdie (Les versets sataniques) aux siens lorsqu’elle recut le César pour CAMILLE CLAUDEL en 1989, celle qui appela à la libération de Florence Aubenas (…) crie haut et fort, dans ce film de Jean-Paul Lilienfeld, un constat d’une effarente justesse.

Habituellement critiquée de ne pas refléter les choix du public – même si ces récompenses ne sont autre que les prix de la profession – la 35ème Cérémonie des Césars a consacré un film ayant rencontré l’engouement du public. Dans la même idée, la meilleure première œuvre est une comédie. Et s’il est décevant que des acteurs comme Yvan Attal, Vincent Lindon ou Jean-Hugues Anglade ne reçoivent pas de prix, que dire des grands oubliés des nominations – Patrice Chéreau (PERSECUTION) et Christophe Honoré (NON MA FILLE …) en tête ?

Tout le Palmarès

One Response to “Les Césars 2010 : Zoom sur le Palmarès”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>