Cannes : Hors La Loi

On 22/05/2010 by Nicolas Gilson

Aucune singularité esthétique, un éclatement narratif fatigant, une direction d’acteur pathétique et un accompagnement musical dictatorial sont sans conteste les éléments les plus éreintants du film de Rachid Bouchareb. Si le sujet central du film est intéressant, envisageant la volonté d’indépendance des Algériens et la reconnaissance de leurs droits, son développement est proprement pénible.

D’intertitre en intertitre le spectateur voyage de manière peu claire, bien que chronologique, d’épisode en épisode, subissant des longueurs éprouvantes et des ellipses dévastatrices. Heureusement la caractère simiesque de la mise en scène lui permet de ne jamais s’y perdre, retrouvant des protagonistes comme autant de caricatures intelligibles. – Ah, le classicisme à la française !

Tout est irrémédiablement appuyé au point d’en devenir artificiel. Si l’hypothèse musicale, purement conditionnante, est proche du ridicule, les effets stylistiques sont quelques fois risibles. Rachid Bouchareb semble rendre un hommage couillon au films de gangster américains, le caractère ponctuellement irradiant d’un éclairage « clair/obscur » en étant l’exemple le plus évident. Dès lors le film perd toute sa puissance historique, et ne devient qu’un banal, bancal, divertissement.

HORS LA LOI

Réalisation : Rachid BOUCHAREB
France – 2010 – 137 min
Distribution : Udream
Drame
Cannes 2010 – Sélection Officielle – En Compétition

Trackbacks & Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>