Cannes : Fair Game

On 20/05/2010 by Nicolas Gilson

Dénué de la moindre singularité esthétique, FAIR GAME est un film témoignage, pamphlet politique et habilement démonstratif, sur l’affaire des armes de destruction massives ayant conduit à la guerre en Irak. Le scénario, mettant en scène l’histoire de Valérie Plame agent de la CIA et de son mari, le diplomate Joe Wilson, qui a osé dévoilé le mensonge sur lequel le président des Etats-Unis s’appuyait pour légitimer la guerre, fonctionne très bien : s’il témoigne d’un bon rythme, il présente l’intérêt de permettre au spectateur lambda une lecture compréhensible des événements. Compréhensible mais tout de même dictatoriale : le point de vue développé est celui défendu par – et défendant – le couple. Des extraits vidéos de documents télévisuels et du Congrès américain ponctuent le film et permettent un passage de la fiction à la réalité. Rien de bien original mais la qualité du montage permet de ne pas ancrer la moindre inquiétude déontologique. L’interprétation est très juste. Noami Watts atteste d’une crédibilité admirable. Mais le caractère romanesque de l’ensemble en fait un bon divertissement, sans plus.

FAIR GAME
**
Réalisation : Doug LIMAN
USA
Distribution : /
Drame / Thriller
Cannes 2010 – Sélection Officielle – En Compétition

Trackbacks & Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>